• Accueil
  • > Archives pour janvier 2008

MAAF : Unité pour l’augmentation générale des salaires

Posté par foassurances le 31 janvier 2008

Retour à l'accueil Les salariés de la MAAF sont unis avec leurs organisations syndicales sur des revendications précises :

  • Augmentation de la valeur du point de 2 %
  • Augmentation de la somme forfaitaire de 130,53 € à 180 €
  • relèvement de l’indice minimal des grilles d’embauche

Les 6 organisations syndicales représentées à la MAAF sont regroupées sur cette base et ont appelé à plusieurs mouvements dont une grève le 8 janvier 2008 qui a été massivement suivie.  

Les renvendications sont formulées dans le respect de la structure des salaires consignée dans les accords collectifs propres à la MAAF. L’augmentation de la valeur du point doit se faire dans le respect de la prime d’ancienneté dont l’objet n’est pas de soutenir le pouvoir d’achat (1).

La Direction de la MAAF effrayée par cette unité fait tout ce qu’elle peut pour diviser les salariés. Elle a lancé une « opération d’écoute ». Dans un communiqué du 25 janvier 2008, elle fait semblant de découvrir que les salariés sont confrontés à de nombreux problèmes et prétend vouloir les écouter lors de rencontres qu’organisent les Directeurs.

Bien sûr, il y a des problèmes et même des problèmes très graves (sous-effectifs, horaires imposés, course aux objectifs …) mais la Direction le sait puisqu’elle a créé ces problèmes.

Alors le but de la Direction n’est-il pas de diviser les salariés ?

Si la Direction de la MAAF veut réellement prendre en compte les vrais problèmes, qu’elle commence par répondre positivement aux revendications présentées par les organisations syndicales dans l’unité.

Ce n’est pas une « plaisanterie » comme l’a déclaré le Président, ce sont des revendications sérieuses.

La section fédérale FO des assurances appelle au maintien de l’unité jusqu’à satisfaction de ces revendications sérieuses.

Jean Pénigaud & Jean-Simon Bitter 

(1) La Direction a d’abord essayé, sans succès, de démobiliser en appliquant une mesure de rattrapage pour 2007 afin d’atteindre sur cette année une augmentation de 2,7 % correspondant à l’indice des prix constaté par l’INSEE plus 0,2 %. Mais elle a inclu dans son calcul la prime d’anciennete, ce qui revient à la remettre en cause.

Retour à l'accueil Revenir à la page d’accueil

Publié dans Entreprises, MAAF | 1 Commentaire »

Un message de Michel Estimbre

Posté par foassurances le 20 janvier 2008

Retour à l'accueil  Voici, ci-après, un message que j’ai reçu de Michel Estimbre et auquel j’ai décidé de ne pas répondre. Il me demande, en ma qualité de délégué syndical central de FO chez Generali, de choisir, parmi les délégués FO, trois bénéficiaires d’un plan d’action gratuite. C’est révoltant !

Monsieur Estimbre voudrait intégrer les syndicats au « management » de l’entreprise. Il espère, par ce moyen, détourner les syndicats de leur rôle : revendiquer les augmentations générales de salaires pour tous, refuser l’arbitraire et les injustices, défendre les intérêts matériels et moraux de tous les salariés.

Il n’y parviendra pas avec FO. Mais c’est bien ce qui se met en place dans le cadre des négociations salariales. Avant même la première réunion, le cadre était imposé : plus d’augmentations générales systématiques, une enveloppe globale sur trois ans intégrant les augmentations générales, les augmentations individuelles, les actions gratuites, l’intéressement, la participation et l’abondement.
Les syndicats n’auraient plus qu’un rôle à jouer : répartir cette enveloppe fixée par l’entreprise.
Quant à l’entreprise, elle s’est protégée contre tout risque. Si les résultats sont particulièrement bons, l’entreprise ne prend pas le risque d’augmenter l’intéressement, si l’inflation augmente, les salariés en supporteront seuls le prix.
C’est inacceptable. Un syndicat, digne de ce nom, ne peut pas se laisser embrigader dans une telle opération. Comment un syndicat pourrait-il lutter contre l’arbitraire s’il pratique lui-même l’arbitraire ?

FO dit NON. Nous maintenons les revendications des salariés.
Celles de 2007 qui ne sont pas satisfaites : 2,5 % avec un minimum de 700 euros et une prime de 1500 euros.
Et pour 2008, compte tenu du risque d’inflation : 3,5 % avec un minimum de 800 euros et une prime de 1500 euros.

La situation est la même partout. C’est pourquoi nous appelons à la grève et aux manifestations du 24 octobre 2008.

Parmi les messages que j’ai reçu de Michel Estimbre, celui-ci est le plus misérable.

Jean-Simon Bitter

______________________

Le message que Michel Estimbre m’a adressé :

Monsieur,

Deux plans d’attribution d’actions gratuites seront mis en œuvre en début d’année 2008 ; le premier concerne l’ensemble des salariés du Groupe dans le cadre du 175èmeanniversaire de la société mère Generali SPA, le second a pour objectif d’attribuer des actions gratuites à une partie des collaborateurs de l’entreprise Assurance France Generali en fonction de critères d’implication, de compétences et/ou de performance. Ce plan concernera de l’ordre de 15 à 20 % des collaborateurs de toute catégorie.

Nous souhaitons que les représentants du personnel, élus ou désignés, ayant une activité liée à leurs mandats représentant plus de 50 % de leur temps de travail ne soient pas exclus a priori du second plan d’attribution d’actions gratuites.

C’est pourquoi, nous proposons à chacun des D.S.C. de définir les critères d’attribution et de désigner les représentants du personnel bénéficiaires de son organisation syndicale.

Cette méthode nous apparaît plus pertinente et plus adaptée que celle d’un choix unilatéral par la Direction.

A cet effet, nous proposons de réserver à l’ensemble des organisations syndicales représentatives de l’entreprise un potentiel de 18 bénéficiaires parmi les représentants du personnel, correspondant à environ 18 % des représentants du personnel permanents ou quasi-permanents de l’entreprise. Une répartition de ces 18 salariés est effectuée par organisation syndicale en fonction de la représentativité mesurée lors du 1ertour des dernières élections des comités d’établissements de l’entreprise.

Compte tenu de cela, votre organisation dispose d’un potentiel de 3 représentants.

Vous voudrez bien me faire connaître votre décision au plus tard le vendredi 7 décembre à 17 H.

Je reste à votre entière disposition pour toute information complémentaire.

Bien cordialement.

Michel ESTIMBRE

Retour à l'accueil Revenir à la page d’accueil

Publié dans Entreprises, GENERALI | 1 Commentaire »

PUBLIC – PRIVÉ Grève et manifestation le 24 janvier 2008

Posté par foassurances le 18 janvier 2008

Retour à l'accueil  Notre confédération exige de ne pas aller au delà de 40 annuités pour obtenir une retraite à taux plein, notre confédération se prononce pour le retour aux 37,5 années de cotisation. Aujourd’hui ce n’est plus 40 mais 41 annuités déjà prévues pour 2012. Jusqu’où cela ira-il?

Quant aux salaires, l’individualisation s’instaure partout. Souvent d’abord en commençant par les classes 7 puis par les différentes catégories de cadres et enfin pour tous.

Le pouvoir d’achat des salaires s’effondre. C’est inacceptable !

Le contrat de travail définit des obligations réciproques de moyens. S’agissant du salarié, ses obligations sont constamment renforcées, il est souvent soumis à des objectifs au prix de sa santé et de sa vie personnelle. S’agissant de l’employeur, il a entre autres obligations, celle de payer le salaire qui est la contrepartie du travail. Si le pouvoir d’achat du salaire n’est pas maintenu, cela signifie que les obligations de l’employeur ne sont pas respectées. Nous ne pouvons pas l’accepter !

La grève du 24 réunira les salariés du public et du privé pour les salaires et les retraites mais il faut ajouter la défense du contrat de travail à durée indéterminée qui est aujourd’hui mis à mal.

La section fédérale des assurances sera dans la grève et les manifestations du 24 janvier 2008 dans la continuité de la grève et de la manifestation du 25 septembre à Paris, dans la continuité des grèves de juin 2007 pour les salaires.

  • Pour le renforcement du régime général des retraites, des régimes spéciaux et du Code des pensions,

  • Pour l’augmentation des salaires et des retraites,

  • Pour la défense de la Sécurité sociale de 1945, contre les déremboursements et les franchises de toute nature,

  • Pour le remboursement des exonérations de charges patronales dans les caisses de la Sécurité sociale pour les salariés, les retraités et les chômeurs,

  • Pour le maintien et le renforcement du code du Travail,

  • Le maintien d’un réel service public de l’emploi et du système paritaire d’assurance-chômage, contre la fusion ANPE/UNEDIC et contre les sanctions,

  • Abrogation de la mesure Fillon visant à prolonger la durée de cotisation à 41 ans en 2012, retour aux 37ans ½ de cotisations pour tous, public privé, et maintien de la retraite à 60 ans à taux plein pour tous.

A Paris la manifestation se déroulera de la Place de la Bastille à St Augustin par la place de la République et les grands boulevards.
Le départ de la manifestation est prévu à 14 heures. FO sera positionnée à l’angle du boulevard Bourdon et du boulevard Henri IV
(rassemblement dès 13h).

Retour à l'accueil Revenir à la page d’accueil

Publié dans Entreprises, JEC | 1 Commentaire »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus