Conférence Nationale d’Alerte : Peut-on accepter le déferlement des licenciements ?

Posté par foassurances le 29 avril 2010

4 Mai 2010 – Conférence Nationale d’Alerte : Peut-on accepter le déferlement des licenciements ?

A l’appel de la section fédérale des assurances de la FEC-FO

conferencedalerte3.png
Rencontre nationale de délégués de tous les secteurs de la profession

4 mai 2010 à la Bourse du Travail de 10h à 16h

3 rue du Château d’eau Paris 10e salle Ambroise Croizat.

Retour à l'accueil Notre organisation syndicale FO  vient d’apprendre que plusieurs entreprises d’assurance et du courtage ont engagé des plans de licenciements, c’est le cas chez AON, chez Chartis et chez Assor. D’autres entreprises risquent d’être concernées.

Alors que partout les sites de travail et les emplois sont menacés par des plans de restructuration qui s’inscrivent dans une logique d’industrialisation, de délocalisations, d’externalisation avec mise en place de plates-formes téléphoniques, alors que les licenciements sont engagés, est-il possible de laisser faire sans rechercher l’unité pour l’arrêt des licenciements, pour le maintien des sites de travail, contre les délocalisations et contre les externalisations.

Nous avons proposé une plate-forme revendicative qui sera discutée le 4 mai par les délégués et portée aux fédérations patronales en délégation.

  • Arrêt des délocalisations et des suppressions d’emplois
  • Arrêt des externalisations
  • Maintien des sites de travail et des emplois sur les sites
  • Des embauches en CDI à temps plein sans discrimination
  • Suppression des objectifs et de toutes les mesures d’individualisation
  • Augmentation générale des salaires de 5 % avec un minimum annuel de 1500 €
  • Maintien des grilles indiciaires de salaires et l’avancement automatique à l’ancienneté

FO assurances a invité les autres fédérations syndicales à participer à la conférence du 4 mai 2010.  Une seule a répondu, la CFTC qui participera. Aucune réponse des autres, ni la CGT, ni la CFDT ni la CGC n’ont répondu.

Nous savons que plusieurs fédérations syndicales ne partagent pas les positions de FO qui revendique le retour aux négociations de branche et l’augmentation générale des salaires.

Mais peut-on laisser les licenciements déferler sans réunir toutes nos forces pour les empêcher ?

La section des assurances de la FEC-FO appelle tous ses syndicats, tous ses militants à assurer le succès de la conférence d’alerte dont la nécessité s’est renforcée.
Elle confirme son appel aux autres fédérations syndicales. Rien ne peut justifier le refus de se mobiliser dans l’unité pour les revendications vitales et urgentes :

  • Aucun licenciement
  • Maintien des sites de travail et de tous les emplois
  • Arrêt des externalisations et délocalisations

Jean-Simon Bitter
Secrétaire de la section fédérale

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Aon, Assor, Chartis, Entreprises | 1 Commentaire »

FO : Non au consensus avec le gouvernement sur les retraites

Posté par foassurances le 29 avril 2010

Force Ouvrière : Non au consensus avec le gouvernement sur les retraites

Retour à l'accueil Contre la réforme des retraites, FO propose la grève interprofessionnelle, pas les journées d’action.

La section fédérale des assurances, qui a pris l’initiative de la conférence d’alerte du 4 mai prochain, tient à informer les salariés de l’appel de Jean Claude Mailly, au nom de la Confédération FO, auquel elle tient à apporter un total soutien.

Le leader de la confédération, Jean-Claude Mailly, a interpellé mercredi ses homologues pour lancer un appel commun «sur des revendications et des modalités d’action claires et déterminées», «facteur d’espoir et de force pour les salariés».

Suivant la résolution adoptée la semaine dernière par le Comité confédéral national (CCN) de FO, le Secrétaire général de la centrale, Jean-Claude Mailly, s’est adressé hier à ses homologues pour leur proposer de lancer un appel commun, «au moment opportun», à 24 heures de grève interprofessionnelle axée sur la défense des retraites. «Réussie, une telle initiative placerait le gouvernement dans une situation délicate: ne pas répondre aux attentes alors que le pays aurait été « bloqué » pendant 24 heures serait, pour lui, prendre un risque important», écrit-il, dans un courrier envoyé mercredi à chacun des «secrétaires généraux et présidents de confédérations syndicales».

Le leader de FO considère en effet que cette «initiative lancée solennellement» par l’ensemble des syndicats serait «facteur d’espoir et de force pour les salariés », en soulignant que «l’unité d’action sur des revendications et des modalités d’action claires et déterminées est une des conditions importantes de la réussite» (…) compte tenu des expériences passées». Car, rappelle-t-il, les «manifestations à répétition ne sont pas un gage d’efficacité, y compris quand le 19 mars 2009 trois millions de manifestants étaient descendus dans les rues».

Sur les revendications, il réaffirme que FO est «fermement» opposée «à tout allongement de la durée du travail quelle qu’en soit la forme (allongement de la durée de cotisation et/ou report du droit au départ à 60 ans)» et «à une remise en cause du code des pensions civiles et militaires pour les fonctionnaires» dans la mesure où «la question des retraites est une question de financement qui doit être traitée en tant que telle par la recherche et l’obtention de recettes nouvelles».

Pour Jean Claude Mailly, «une victoire sur ce dossier serait porteuse pour le mouvement syndical et l’ensemble des travailleurs».

1ermai.gif

 

La section fédérale des assurances de la FEC-FO

appelle tous les syndicats du secteur à se rapprocher

de leur Union Départementale pour assurer le succès

des manifestations FO du 1er mai.   

Jean-Simon Bitter
Secrétaire de la section fédérale

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans JEC | 1 Commentaire »

La santé des salariés sous condition ! Inacceptable !

Posté par foassurances le 12 avril 2010

La santé des salariés sous condition !
C’est inacceptable !
4 mai 2010 conférence d’alerte.

Retour à l'accueil   La section fédérale des assurances de la FEC-FO vient de recevoir une lettre de la section FO AXA de Montauban (voir ci-après) qui apporte une contribution à la conférence d’alerte du 4 mai 2010 en nous relatant des faits extrêmement graves.

Alors que la fermeture du site AXA de Montauban comporte des risques sur la santé des salariés, le CHSCT, à majorité CFDT,  a conditionné une décision d’expertise sur les risques psycho-sociaux à une condition scandaleuse :

 » que FO déclare publiquement que l’expertise ne pourrait pas remettre en cause le projet de la Direction de fermeture du site. »

Est-ce que la protection de la santé des salariés doit être soumise à une condition quelconque ?

C’est inacceptable ! Quel sens aurait une expertise si elle ne pouvait pas remettre en cause une restructuration ? Les intérêts d’AXA et sa stratégie de délocalisation, de baisse du coût du travail, de fermeture de site seraient plus importants que la santé des salariés ?

Ceux qui adhérent à cette conception scandaleuse sont ceux qui signent les accords sur les risques psycho-sociaux dont nous avons dénoncé l’hypocrisie parce que justement ils dédouanent les employeurs de leurs responsabilités.

Comment comprendre que le CHSCT du site AXA de Montauban puisse ainsi mépriser les intérêts des salariés de Montauban ?

Le CHSCT n’a pas été élu par les salariés de Montauban. En effet l’organisation sociale d’AXA est atypique, c’est le moins qu’on puisse dire, puisqu’elle comporte des comités d’établissement fondés non sur la notion de site géographique mais sur la notion de métiers. Cette organisation complexe conduit à ce que le CHSCT du site AXA de Montauban soit composé d’une majorité CFDT alors que FO est majoritaire sur le site avec 75 % des voix dans le collège des non cadres et 43 % dans le collège des cadres .

Et avec  la Loi du 20 août 2008 cette situation contraire à la démocratie se généralise. C’est ainsi que le sort des salariés de Montauban qui ont voté majoritairement FO sera négocié sans FO, que  les salaires des commerciaux qui ont voté majoritairement pour FO  ont été négociés sans FO.

Et le mépris de la démocratie va de paire avec le mépris des intérêts des salariés par des syndicats qui se transforment en rouages des directions d’entreprise.

C’est cette situation inacceptable à laquelle notre syndicat FO refuse de se résoudre qui nous a déterminé à inviter toutes les fédérations syndicales à la conférence d’alerte du 4 mai 2010.

Comme la section FO AXA de Montauban, dans tous les départements, dans toutes les entreprises d’assurances, les sections FO constituent leurs délégations, quelquefois dans l’unité avec des délégués d’autres syndicats.

Jean-Simon Bitter
Secrétaire de la section fédérale

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans AXA, JEC | 1 Commentaire »

Grève à Fidélia : FO s’insurge contre le blocage de la situation par la Direction

Posté par foassurances le 2 avril 2010

 Grève à Fidélia : FO s’insurge contre le blocage de la situation par la Direction

Retour à l'accueil  Nos camarades Sylvie Abrial, déléguée syndicale central FO à la GMF et  Jean Pénigaud, délégué syndical central à la MAAF, ont chacun écrit ce jour, 2 avril 2010, à Monsieur Thierry Derez, Président Directeur Général de la GMF et de la MAAF dans les termes ci-dessous.

La section fédérale des assurances de la FEC-FO s’associe à ces démarches pour que soit débloquée la situation en faveur de la satisfaction des revendications légitimes des salariés et des syndicats de Fidélia. Rien ne permet de justifier le rejet des revendications. La Direction de Fidelia doit répondre positivement.

Jean-Simon Bitter
Secrétaire fédéral

Lettres à Thierry Derez postées le 2 avril 2010 :

Monsieur le Président Directeur Général,

Depuis le 29 mars 2010, nos collègues de FIDELIA sont en grève.

Je me fais l’écho du soutien des salariés de G.M.F Assurances et de notre syndicat FORCE OUVRIÈRE à leur cause.

Leur revendication est la suivante :

Une augmentation générale de 100 € brut/mois en deux fois (au 1er janvier et au 1er juin) en intégrant à ce budget le montant consacré à la prime exceptionnelle.

Les assemblées générales de Personnel réunies par les organisations syndicales ont jugé les propositions de la direction de FIDELIA inacceptables au regard de l’année 2009, année d’explosion du chiffre d’affaires, de l’augmentation du bénéfice et du passage dans le trio de tête des sociétés d’assistance.

Aussi, la position de la direction de FIDELIA démontre son mépris envers les salariés et leurs représentants.

Les 333 Millions du chiffre d’affaires, qui va encore progresser cette année, du fait de la renégociation à la hausse des primes des clients permettent à la direction de FIDELIA de donner entière satisfaction à leur revendication.

La direction de FIDELIA leur oppose la solidarité de la rigueur salariale pratiquée au sein de la SGAM COVEA, cette logique consiste à ignorer la spécificité des entreprises de celle-ci, surtout lorsque FIDELIA augmente de façon très significative, son bénéfice par rapport à l’année 2008.

A la lumière de ce dernier élément, les salariés ne peuvent pas accepter une harmonisation salariale par le bas !

Ils refusent de brader leur pouvoir d’achat au nom d’une solidarité qui n’est, en fait, qu’un choix politique pour accroître la productivité.

Par conséquent, je vous demande de bien vouloir intercéder auprès de la direction de FIDELIA, afin que celle-ci établisse une vraie négociation avec notre organisation syndicale et les trois autres organisations afin d’aboutir à un accord acceptable et respectueux de tous.

Dans l’attente de votre geste qui ne peut être que positif envers les salariés.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président Directeur Général, l’expression de mes respectueuses salutations.

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

 

Publié dans Fidelia, GMF, MAAF | 1 Commentaire »

Fidelia en grève dans l’unité

Posté par foassurances le 1 avril 2010

Fidelia en grève dans l’unité

Retour à l'accueil  La Section Fédérale des Assurances de la Fédération des Employés et Cadres FORCE OUVRIÈRE apporte tout son soutien aux salariés de Fidélia, en grève dans l’unité avec leurs syndicats (FO, CGT, CFDT, CFE-CGC) depuis lundi 30 Mars, sur leur revendication salariale d’une augmentation de 100 euros par mois pour tous.

Le mouvement, très bien suivi sur les sites de Saint-Cloud et de Tours, est aujourd’hui encore reconduit suite au vote de l’assemblée générale des grévistes.

La direction de Fidélia a reçu les organisations syndicales mais déclare de pas pouvoir négocier du fait d’un blocage de COVEA.

FO interviendra auprès de la Direction de COVEA pour protester contre tout blocage qui serait scandaleux s’il est réel.

La section fédérale appelle la direction de Fidélia à reconsidérer sa position et à donner suite aux légitimes  revendications des salariés.

Rappelons que ceux ci ont vu leurs conditions de travail se dégrader considérablement du fait de l’augmentation du C.A de plus de 60% en 2009 avec l’arrivée de nouveaux contrats.

Paris le 1/04/2010

Jérôme Nouvellon
Jean-Simon Bitter

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Fidelia, GMF, MAAF | 1 Commentaire »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus