• Accueil
  • > Archives pour juillet 2010

MAIF : Retrait du projet de dénonciation de l’accord de Classification/Rémunération de 1997

Posté par foassurances le 28 juillet 2010

MAIF : Communiqué de la Section Fédérale Assurances

Retrait du projet de dénonciation de l’accord de Classification/Rémunération de 1997

Retour à l'accueil  La section fédérale des assurances a appris avec colère l’annonce par la Direction de la MAIF d’un projet de dénonciation de l’accord de Classification/Rémunération qui assure aux salariés, dans le cadre d’une grille indiciaire de salaire, un avancement automatique à l’ancienneté. Ce droit collectif a été institué depuis 1945 et a été confirmé en 1997 dans un accord collectif à la MAIF.

Selon la presse, le principal argument mis en avant est le fait que la MAIF serait la dernière entreprise à bénéficier de ce droit collectif.

Ceci mérite d’être vérifié mais il est vrai que depuis 1992, la prime d’ancienneté a été dénoncée dans le secteur dépendant de la FFSA et que plusieurs mutuelles se sont alignées sur une politique d’individualisation des rémunérations.

Or cette individualisation a eu des conséquences catastrophiques sur les conditions de travail, sur la santé des salariés. Elle est à l’origine du développement de ce qu’on appelle les risques psychosociaux. Cette individualisation a aussi conduit à une désorganisation des services qui est néfaste pour les entreprises et aggrave le stress pour les salariés.

La dénonciation des accords à la MAIF serait une catastrophe non seulement pour les salariés de la MAIF, mais aussi pour toute la profession et ses salariés qui réclament partout le retour aux droits collectifs que l’accord de 1997 à la MAIF avait maintenu en refusant de s’aligner sur l’individualisation.

La section fédérale constate que ce sont les conquêtes les plus importantes de la classe ouvrières arrachées après guerre en 1945 qui sont mises en cause, comme les retraites par le gouvernement et comme les grilles indiciaires par la MAIF. La Direction de la MAIF se rend-t-elle compte qu’elle s’inscrit dans la même logique que le gouvernement ?

La section fédérale lutte pour la grève interprofessionnelle pour le retrait du projet de loi sur les retraites et appelle à la grève et aux manifestations du 7 septembre sur cette orientation.

La section fédérale s’adresse à la Direction de la MAIF pour lui demander de retirer tout projet de dénonciation de l’accord de 1997.
Elle apporte son total soutien aux salariés et aux sections FO de la MAIF qui se mobilisent pour le retrait de cette dénonciation.

Communiqué SF du 23/07/2010
Jean Simon BITTER
Marinette VEYSSIERE
Georges DE OLIVEIRA

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Communiqués SF, Entreprises, MAIF | 1 Commentaire »

Retrait du plan gouvernemental sur les retraites

Posté par foassurances le 12 juillet 2010

Retrait du plan gouvernemental sur les retraites
Toutes les générations sont concernées

Stéphanie, Sylvain et tous les autres …

Retour à l'accueil  newgif001.gif Stéphanie a 20 ans.
Après un bac professionnel de secrétariat, elle décide de préparer un BTS Assurances en contrat d’apprentissage en liaison avec le CFA de l’assurance, au sein d’un grand groupe d’assurances.
Contrairement aux jeunes qui préparent leur BTS en formation initiale, en alternance, elle n’a cours qu’à mi-temps puisqu’elle doit travailler une semaine sur deux au sein de l’entreprise.

Reçoit-elle une réelle formation en entreprise ? Non !
Elle a été affectée, il y deux ans, au service qui gère les contrats d’assurance emprunteur.
C’est une activité d’assurance qui est très spécifique et ne permet pas d’avoir une vision globale des grands principes de l’assurance ni de la variété de ses applications. Et aujourd’hui, deux ans après, elle est toujours au même poste effectuant les mêmes tâches répétitives.
Elle n’a donc pratiquement rien appris en deux ans. Les tuteurs successifs, malgré leur bonne volonté, n’ont pas de soutien de la part de la Direction. Ils sont déjà surchargés de travail puisqu’ils sont en sous-effectif.
Et Stéphanie a été utilisée comme une « ressource » dans ce service, une simple variable d’ajustement dans la gestion des effectifs …

A la signature de son contrat d’apprentissage il y a deux ans, on lui a promis un CDI si elle obtenait son diplôme. Alors que Stéphanie a été mise dans les pires conditions pour l’obtention de son BTS, à la veille de l’examen, on lui annonce que ce contrat à durée indéterminé si convoité dépendrait non seulement de l’obtention du diplôme  mais aussi de l’appréciation du chef de service et surtout du budget attribué au service. Ce dernier critère n’offrant bien évidemment aucune garantie quant à son embauche. Bien souvent on remplace un contrat d’apprentissage par un autre contrat d’apprentissage.

Dans ce même service, dès qu’il y a un collègue malade ou en congé maternité, tout est désorganisé. L’effectif ne tient pas compte de l’absentéisme habituel. Alors, il y a en permanence plusieurs CDD et même avec eux le sous-effectif perdure.

Sylvain a 23 ans.
En CDD, il fait le même travail que Stéphanie. Il a commencé comme intérimaire il y a deux ans en remplacement d’un salarié malade. Quand ce dernier a repris le travail, on a proposé à Sylvain un CDD de remplacement, cette fois-ci, pour remplacer une salariée en congé maternité suivi d’un congé thérapeutique.
Depuis 2 ans, comme Stéphanie, il effectue  les mêmes tâches. Et depuis des mois, les CDD se succèdent en fonction des arrêts de sa collègue si bien qu’il ne sait jamais un mois à l’avance si son contrat sera renouvelé et s’il conservera son emploi. Comme Stéphanie, il espère obtenir un contrat à durée indéterminé pour en finir avec cette précarité sans fin …

Des jeunes en contrat d’apprentissage sans réelle formation en entreprise mais exploités, comme Stéphanie, il y en a des milliers dans le secteur de l’assurance. Des CDD successifs, irréguliers comme c’est le cas pour Sylvain, il y en a des milliers également …

La section fédérale fera tout pour que Stéphanie obtienne un CDI sans condition et pour que le contrat à durée déterminé de Sylvain soit requalifié en CDI.

Force Ouvrière revendique que les sociétés d’assurances s’engagent à proposer un CDI sans condition  ni exclusive à tous les jeunes en alternance. Force Ouvrière dénonce les recours abusifs aux CDD et revendique leur requalification en CDI.

Non seulement, Stéphanie et Sylvain ont commencé leur activité professionnelle dans la précarité comme des millions de jeunes mais avec le plan gouvernemental sur les retraites, ils n’auront probablement aucune chance d’obtenir une retraite avant 65 ans et encore ce sera une retraite misérable.

Ceux qui prônent une réforme et réclament le maintien de la retraite à 60 ans tout en acceptant d’augmenter le nombre d’années de cotisation, soutiennent le plan du gouvernement et vouent les salariés de toutes les générations à des retraites de misère.

Alors la seule revendication qui s’impose est celle du retrait pur et simple du projet gouvernemental.
Et la seule méthode pour y arriver est la grève interprofessionnelle.

Les syndicats FO de l’assurance préparent activement la grève du 7 septembre sur cette orientation. 

7septembreretrait.jpg

Jean-Simon Bitter
Secrétaire de la section fédérale

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Entreprises, JEC | 1 Commentaire »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus