GMF, grève le 12 mars à l’appel de FO et CGT

Posté par foassurances le 14 mars 2012

GMF, succès de la grève appelée par FO et CGT,  la Direction doit répondre positivement aux revendications

Retour à l'accueil   La section fédérale des assurances de la FEC-FO apporte son total soutien aux salariés de la GMF et aux syndicats CGT et FO qui ont appelé les salariés des centres de gestion à faire grève le 12 mars 2012 de 8 heures 30 à 12 heures.

C’est la dégradation des conditions de travail, l’exigence du tout téléphone, des systèmes de contrôle individuel et la politique systématique de sous-effectifs qui provoquent la colère des salariés.

Les syndicats FO et CGT sont unis sur des revendications précises (lire le tract):

  • Pas d’organisations dérogatoires lorsqu’il y a des pics d’activité,
  • Des embauches en CDI à temps complet,
  • Arrêt du tout téléphone et du zapping,
  • Quatre demi-journées de gestion par semaine,
  • Arrêt du flicage via l’outil SILVA.

Cette grève a été suivie très massivement à plus de 70 %. Les centres de gestion ont été bloqués. Cette grève a reçu des témoignages de sympathie de l’ensemble des salariés de la GMF et aussi de Téléasurance et de Fidelia.

Les syndicats CGT et FO seront reçus le 16 mars 2012 sur ces revendications.

La Direction de la GMF doit répondre positivement à ces revendications.

Jean-Simon Bitter
Secrétaire de la section fédérale

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans GMF, JEC | 1 Commentaire »

JEC Mars : MAIF, non à la remise en cause du droit de grève et de pétition

Posté par foassurances le 10 mars 2012

MAIF, non à la remise en cause du droit de grève et de pétition

Retour à l'accueil  Vous trouverez ci-après le message de soutien de la Section Fédérale des Assurances de la FEC-FO à la Section FO de la MAIF et la lettre ouverte au Président de la MAIF :

Message de soutien :

Chers camarades,

La section fédérale des assurances de la FEC-FO s’associe pleinement à la lettre ouverte de la section FO de la MAIF. Elle est également en tous points d’accord avec la réaction de l’UD FO des Deux-Sèvres et est certaine de la solidarité de toutes les organisations FO, à tous les niveaux.

Vous le savez, la section fédérale appuie sans réserve votre action pour le retrait du projet SDO, le maintien de tous les emplois sur tous les sites et le remplacement de tous les postes « sinistres » vacants, action qui vous a conduit à appeler à une grève massivement suivie et à une pétition.

En dénonçant votre action dans un message adressé à tous les salariés, le Président de la MAIF porte atteinte au droit de grève et de pétition, il prétend contester le droit, pour un syndicat, de définir librement ses revendications et de les soutenir par l’action syndicale.

Notre organisation FO ne peut l’accepter. Mais également toute organisation syndicale attachée au droit de revendication et de grève devrait réagir.

Fraternellement

Jean-Simon Bitter
Secrétaire de la section fédérale  

Lettre ouverte au Président de la MAIF :

FO Section MAIF
Niort, le 22 février 2012

 Monsieur le Président,

Nous estimons devoir répondre par lettre ouverte à votre courriel du 21 février 2012 adressé à l’ensemble des salariés et militants et intitulé « Mise au point sur SDO »,  dans lequel vous vilipendez Force Ouvrière.

Nous sommes très surpris par le ton de cette prose qui n’est pas coutumier au militant que vous êtes et que nous connaissons.

La gravité de vos affirmations et de votre attaque à l’égard de notre Organisation Syndicale nous conduit à vous demander un droit de réponse par le même canal à l’ensemble des salariés et militants.

Comme tous, Force Ouvrière déplore l’augmentation du taux de départ (bien qu’encore inférieur à celui du marché) mais nous en connaissons tous les causes : la tarification, le manque d’innovation des contrats, les restrictions en matière de gestion sinistres… Les élus FO au  Comité d’Entreprise alertent la Directionà ce sujet depuis trop longtemps, en vain.

Vous accusez Force Ouvrière d’être à l’origine du départ de sociétaires. Nous vous mettons aujourd’hui au défi de nous en donner le nombre et les noms afin que nous les contactions pour connaître les réelles motivations de leur décision. Nous vous rappelons que les conditions générales de la MAIF ne permettent pas aux sociétaires de résilier leurs contrats en cours d’année sauf en cas de sinistre ou de disparition du risque. Nous vous informons aussi que notre pétition n’est en ligne que depuis le 7 février 2012.

Vous nous accusez de « nuire à l’outil de travail » en communiquant vers les sociétaires. Ces derniers ne devraient-ils donc avoir que votre analyse et votre vision de l’avenir de la Mutuelle ? Voici une bien étrange conception des libertés démocratiques !

Oui, nous combattons votre projet SDO par tous les moyens, car ce projet est dangereux pour tous les salariés, employés et cadres, mais aussi pour l’avenir de la Mutuelle.

Oui, nous combattons votre projet d’accord Classification/Rémunération, car lui aussi est dangereux pour les salariés et diminuera à terme leur progression salariale.

Nous vous rappelons au passage que nous ne sommes pas seuls et que plus de 1000 salariés du réseau ont fait grève le 8 décembre dernier à l’appel de Force Ouvrière, contre ces deux projets dont ils ont bien compris l’objectif.

Nous ne sommes évidemment pas co-gestionnaires dela Mutuelle, notre objectif est effectivement la défense des intérêts matériels et moraux des salariés, en toute indépendance et liberté.

Vous nous demandez d’entrer dans le rang des Organisations Syndicales dites responsables que vous qualifiez de partenaires. Nous ne sommes pas des partenaires, Monsieur Le Président, nous sommes des interlocuteurs sociaux. Nous sommes le contrepoids à votre pouvoir exorbitant d’employeur. Notre devoir est de combattre vos projets quand ils menacent les intérêts des salariés et non de les accompagner.

Informer les sociétaires et leur donner notre point de vue sur vos projets est pour nous un moyen d’avoir leur soutien et une forme d’action démocratique.

Nous comprenons fort bien que ceci vous dérange, mais sachez que rien n’entamera la détermination de Force Ouvrière qui reste cependant toujours prête à négocier sur les dossiers en cours dans l’intérêt des salariés et de la Mutuelle.

Enfin, nous vous faisons également part de l’indignation des représentants des salariés de la MAAF.Cesderniers ont en effet été choqués par vos propos les concernant. Non, Monsieur le Président, les salariés de la MAAF ne dénigrent pas la MAIF, ils ont autre chose à faire et répugnent à ce genre de pratiques commerciales. Ils n’ont d’ailleurs pas besoin de tels arguments pour vendre leurs contrats.

Nous adressons copie de ce courrier à Jean Claude MAILLY, Secrétaire Général de la Confédération Force Ouvrière que vous avez rencontré le 16 septembre 2011 et avec lequel vous avez  pu échanger sur les valeurs de l’économie sociale qui pour nous restent : les principes de la Mutualité.
Nous adressons également copie à Jean Simon BITTER, Secrétaire de la section fédérale des assurances FO, et à Jocelyne BAUSSANT, Secrétaire Générale de l’Union Départementale  FO des Deux-Sèvres.

Veuillez recevoir, Monsieur le Président, nos salutations militantes et mutualistes.

Pour Force Ouvrière,
Le Secrétaire,
Proust

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Entreprises, JEC, MAIF | 1 Commentaire »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus