• Accueil
  • > Archives pour janvier 2014

Mes meilleurs vœux pour l’année 2014…. Revendications !

Posté par foassurances le 20 janvier 2014

Mes meilleurs vœux pour l’année 2014…. Revendications !

Retour à l'accueil Il est dans l’air du temps de se souhaiter les meilleurs vœux pour la nouvelle année, encore ne doivent-ils pas être « des vœux pieux »…

Si les fêtes de fin d’année sont des moments où les salariés peuvent prendre un peu de repos et être en famille, ils ne se font aucune illusion ; pour les travailleurs et leurs droits, il n’y a aucune trêve. La preuve, ces millions de salariés qui doivent travailler pendant toute cette période…

Au nom de quoi ?

De la compétitivité, de la productivité, d’un soi-disant patriotisme économique. En somme, tout ce qui justifie l’austérité, la déréglementation, la destruction des droits des travailleurs et des institutions de la République.

Oui travailleurs, vous devriez faire encore et encore des sacrifices. Vous devriez travailler plus longtemps, vous devriez être moins payés, vous devriez accepter votre exploitation, mieux, vous devriez contribuer à augmenter vous-même votre exploitation. Du moins c’est ce que nous rabâchent les nervis de la pensée dominante.

D’ailleurs, alors que les profits des grandes entreprises financières sont repartis à la hausse, que les grands patrons s’auto augmentent généreusement, l’ensemble des salariés, employés, cadres doit encore se serrer la ceinture et cela, dès le 1er janvier.
Face aux multiples hausses annoncées, celle de la TVA, fin des tarifs régulés du gaz qui va impacter des millions de locataires (mais pas seulement), augmentation de 2,4 % du gaz, de 2,5 % de l’électricité, de 4,8 % pour la redevance télévision, + 2,4 % en moyenne pour la RATP… les salariés eux se voient souvent proposer des augmentations générales égales à… 0 %, comme pour la Macif qui, copiant en cela beaucoup d’autres entreprises, met en avant la rémunération individuelle « valorisant » une soi-disant implication de chacun dans la productivité, au détriment des augmentations générales.

Et pendant ce temps-là, de l’aveu même de plusieurs journaux des plus « sérieux », c’est la 3ème année consécutive que la rémunération des patrons des 120 plus grandes sociétés cotées à Paris a augmenté, de + de 6,3 % pour la dernière année si l’on en croit ces mêmes journaux, sans réel lien avec les résultats de ces entreprises.
Mais de plus, conformément à la dernière étude ATH portant sur la « Rémunération de 400 dirigeants de sociétés cotées », depuis 2008 (donc depuis la fameuse crise qui justifierait pour les travailleurs les pires restrictions), la rémunération des dirigeants de ces sociétés a progressé en moyenne de 17 % et de 21 % en ce qui concerne l’augmentation des rémunérations fixes et variables des dirigeants du CAC 40, avec des rémunérations moyennes de 2,32 millions d’euros en 2012 contre 1,91 million d’euros en 2008.

Alors, oui on peut dire que la crise ne pèse pas de la même façon pour tous. 

Un exemple dans notre secteur : il faut savoir que la rémunération du PDG d’AXA a augmenté de 129 % depuis 2002. En 2012, cette rémunération a été de 3,2 millions d’euros en progression de 8 % par rapport à l’année précédente…

Bien sûr, l’argutie de la crise n’a d’autre but que la recherche perpétuelle de la baisse du coût du travail par la destruction des droits des travailleurs, des CCN et cela avec la complicité des gouvernements et grâce à la trahison de certaines organisations syndicales.
Ces complicité et trahison se concrétisent par exemple dans l’ANI de janvier 2013 et de la loi qui en découle de juin 2013 qui sous couvert de « sécurisation de l’emploi » en fait organisent et développent encore plus la précarisation des salariés.

Remise en cause des prérogatives des IRP, du droit du travail, du code du travail et des Conventions collectives, ce sont des cadeaux offerts aux patrons et au capitalisme le plus débridé. Ces attaques viennent se rajouter aux méthodes de management, organisations de travail qui instaurent depuis des années flexibilité, précarité, individualisation, pression…

Face à ces attaques, qui s’amplifient et deviennent toujours plus brutales, notre organisation syndicale Force Ouvrière a une solution à proposer à tous les salariés, à tous les militants. Rejoignez Force Ouvrière !

Avoir la bonne information, formation, organisation, voilà la clé de la résistance pour gagner face aux diverses attaques.

Force Ouvrière est là pour répondre aux besoins de tous les salariés (quels que soient leur statut). Prendre conscience des intérêts particuliers qui sont les nôtres, décrypter les conséquences, pour les salariés, des divers projets mis en œuvre par les gouvernements ou les patrons, former et unir les travailleurs, formuler avec les salariés les revendications qui défendent leurs seuls intérêts, voilà ce que nous devons proposer et développer auprès des travailleurs.

Intensifions notre travail et notre présence sur le terrain, apportons les solutions adaptées aux salariés. Chaque situation est particulière et en même temps le combat est toujours le même, aux projets destructeurs opposons les revendications des salariés.

Ce travail syndical est primordial et il est reconnu par les salariés qui rejoignent de plus en plus Force Ouvrière. Nos syndicats, départementaux et nationaux, doivent partout organiser, syndiquer les salariés. L’orientation et les revendications fondamentales ont été définies lors de notre récent Congrès qui s’est tenu à Perpignan.

Les coups portés par les patrons du secteur des Assurances, certes, sont rudes ; harcèlement incessant de nos militants, manœuvres en tout genre pour discréditer notre syndicat.

Les restructurations qui s’opèrent en ce moment même dans les grands groupes d’assurance sont autant d’attaques contre les salariés (cadres et non cadres). Augmentation des licenciements, dans le cadre de PSE (comme chez ASSOR ou GRAS et SAVOYE) ou non (comme dans beaucoup d’entreprises qui trouvent tous les prétextes légaux ou non pour mettre fin aux contrats des salariés).

Les dossiers qui sont devant nous pour cette nouvelle année sont nombreux et sans aucun doute cela n’est pas fini.

Alors plus que des vœux, c’est un véritable engagement de combat syndical que nous vous proposons de tenir.
Sans aucune réticence, formulons et portons les revendications dans le seul intérêt des salariés : refus des licenciements, augmentations générales pour tous, arrêt des organisations du travail basées sur la réalisation d’objectifs et le management de la terreur, arrêt des contrats précaires, embauches des salariés en CDI…

Alors oui, nous vous souhaitons une bonne année 2014. 

Qu’elle soit COMBATIVE au sein de Force Ouvrière.

BA FO 2014


Georges DE OLIVEIRA

Secrétaire de la section fédérale 

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Entreprises, JEC | 1 Commentaire »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus