Generali : Lettre ouverte à l’Argus de l’Assurance

Posté par foassurances le 13 février 2014

GENERALI : LETTRE OUVERTE A l’ARGUS DE L’ASSURANCE

 

A Nicolas Thouet, journaliste à l’Argus de l’Assurance
.
Pièces jointes
 :
- les deux versions de votre article sur la grève de la production informatique,
- les tracts des syndicats CGT et FOBonjour Monsieur, 

J’estime nécessaire de réagir à l’article que vous avez publié sur votre site WEB le 4 février 2014 à 17 h 42 sur la grève de la production informatique chez Generali. Il existe deux versions de cet article dont une a été « mise à jour » le lendemain, 5 février, à 16 h 45.Dans les deux versions je suis cité. Vous m’avez cité partiellement ce qui est votre droit et je ne vous le reproche pas. Vous avez respecté une pratique conforme aux règles habituelles : me soumettre les propos qui me sont prêtés.J’ignorais le reste de l’article qui est de votre responsabilité. Je suis cependant intrigué par le changement de rédaction. Dans le texte d’origine vous avez écrit « Suite à la grève organisée ce 4 février par une partie des effectifs de la production informatique de l’assureur, une délégation de onze salariés a été reçue ce même jour par la direction, » ce qui correspondait au moins partiellement aux informations que je vous avais communiquées.   

Mais cette phrase a été transformée ainsi : « Faible mobilisation pour la grève organisée ce 4 février dans les locaux de la production informatique de l’assureur, à l’appel de la CGT et de FO. Selon nos informations, entre 10 et 20 personnes ont participé à ce mouvement. Pour autant, une délégation de salariés a été reçue ce même jour par la direction », ce qui est contraire à ce que je vous avais indiqué.

Vous prétendez que selon vos informations « entre 10 et 20 personnes ont participé ». C’est faux et on pourrait penser que je suis votre informateur ou un de vos informateurs. Vous auriez pu au moins préciser que cette évaluation est contestée par celui que vous citez.

Je ne sais pas d’où viennent vos informations inexactes mais je sais qui a intérêt à les répandre, la Direction de Generali évidemment.

Il y a d’ailleurs eu un évènement au début de la grève qui me laisse penser que vous avez pu subir une pression de cette Direction. Une partie des grévistes était rassemblée sur un plateau avec les délégués centraux de la CGT et de FO (moi-même) surtout dans le but de dialoguer avec les prestataires qui sont directement concernés par nos revendications. C’est alors que Michel Estimbre est arrivé accompagné du responsable de la DSI, du responsable de la Production, d’une responsable de la RH et d’un huissier pour nous sommer de quitter les lieux, nous menacer de saisir la justice et exercer une pression contre la grève. L’huissier et la RH prenaient de nombreuses photos.

Est-ce cela votre source ? Je l’ignore. Ce qui compte c’est que votre « mise à jour » sera utilisée par la Direction de Generali pour discréditer notre mouvement.

La délégation de la production composée de salariés syndiqués et non syndiqués et des syndicats CGT et FO est, comme je vous l’avais indiqué, très représentative de l’ensemble de la production. La Direction ne s’y est pas trompée puisqu’elle a elle-même proposé de la rencontrer régulièrement, une fois par mois, dans la même composition.

Cette délégation et les syndicats CGT et FO ont décidé de proposer à tous les salariés de Generali à Saint-Denis de les rencontrer parce que tous sont finalement concernés. La Direction a refusé à nos syndicats une salle, appelée auditorium, alors qu’elle était libre. Ce refus inhabituel démontre que la Direction cherche à casser notre mobilisation pour nous faire accepter son plan.

La Direction de Generali vous a dit que c’est un plan complexe. Peut-être mais est-ce une raison pour refuser aux CE et CCE des informations qui lui sont légalement dues. Comme je vous l’ai indiqué par téléphone nous réclamons la communication des projets des statuts et une description détaillées des actifs à transférer, une communication officielle de l’étude de risque qui a été réalisée par Generali France et qui démontre que le site français est le seul sécurisé et le moins coûteux.

Vous n’avez pas retenu, ce qui est votre droit, ces demandes que je vous avais indiquées et qui émanent de la délégation de la Production et des syndicats FO et CGT au même titre que celle concernant le périmètre de l’UES.

Cependant ces demandes non satisfaites, à ce jour, sont légalement dues aux institutions représentatives et très importantes pour l’avenir des salariés de la production informatique et finalement pour tous les salariés de Generali France.

Ces revendications sont liées à celles qui ont fait l’objet de la grève et notamment celle du maintien sans limitation de durée des contrats avec Generali Vie et sans aucune suppression de postes ni réduction d’effectif.

Je devrai rendre ce courrier public pour corriger les informations erronées de la « mise à jour » de votre article.

J’en profite pour vous communiquer, pour votre information, le tract des syndicats CGT et FO qui propose une rencontre entre les salariés de la production et les autres salariés de Generali France et réaffirme l’ensemble des revendications que, dans l’unité, nous soutenons et le tract de compte-rendu.

Je vous adresse mes meilleures salutations. 

Jean-Simon Bitter
Délégué central FO chez Generali

 

 

Pièce jointe N°1 :  Les deux versions de l’article sur la grève de la production informatique à Generali

1ère version
Grève chez Generali  les salariés reçus par la direction
.
Par NICOLAS THOUET – Publié le 04 février 2014, à 17h42
.
Suite à la 
grève organisée ce 4 février par une partie des effectifs de la production informatique de l’assureur, une délégation de onze salariés a été reçue ce même jour par la direction, représentée par Michel Estimbre, directeur des ressources humaines de Generali France«Parmi les revendications que nous avons formulées au cours de cet entretien, nous avons notamment demandé à ce que la future succursale française de GTech – qui soit dit en passant devrait être rebaptisée GIS – soit intégrée au sein de l’union économique et sociale (UES) de Generali France», explique Jean-Simon Bitter, délégué central FO chez Generali. Et d’ajouter : «On ne peut, en effet, pas concevoir que les contrats de travail et les actifs, qui seront normalement transférés dans cette nouvelle société de droit italien au 1er juillet, ne soient pas tous réunis dans une même structure juridique en France.»

VERS UNE NOUVEAU MOUVEMENT ? A défaut d’être entendue par la direction, la délégation n’excluait pas de reprendre la grève dans les prochaines semaines. Pour rappel, dans une interview exclusive accordée le 3 février à l’Argus de l’assurance, Michel Estimbre reconnaissait que cette réorganisation informatique était un «projet complexe», qui nécessitait des travaux «menés étape par étape».

2ème version
Grève chez Generali  les salariés reçus par la direction
.
Par NICOLAS THOUET - Mis à jour le 05 février 2014, à 16h 45 - Publié le 04 février 2014, à 17h42
.
Faible mobilisation pour la grève organisée ce 4 février dans les locaux de la production informatique de l’assureur, à l’appel de la CGT et de FO. Selon nos informations, entre 10 et 20 personnes ont participé à ce mouvement. Pour autant, une délégation de salariés a été reçue ce même jour par la direction, représentée par Michel Estimbre, directeur des ressources humaines de Generali France«Parmi les revendications que nous avons formulées au cours de cet entretien, nous avons notamment demandé à ce que la future succursale française de GTech – qui soit dit en passant devrait être rebaptisée GIS – soit intégrée au sein de l’union économique et sociale (UES) de Generali France», explique Jean-Simon Bitter, délégué central FO chez Generali. Et d’ajouter : «On ne peut, en effet, pas concevoir que les contrats de travail et les actifs, qui seront normalement transférés dans cette nouvelle société de droit italien au 1er juillet, ne soient pas tous réunis dans une même structure juridique en France.»

VERS UNE NOUVEAU MOUVEMENT ? A défaut d’être entendue par la direction, la délégation n’excluait pas de reprendre la grève dans les prochaines semaines. Pour rappel, dans une interview exclusive accordée le 3 février à l’Argus de l’assurance, Michel Estimbre reconnaissait que cette réorganisation informatique était un «projet complexe», qui nécessitait des travaux «menés étape par étape».

.

Pièces jointes N°2 :  Les tracts des syndicats FO & CGT de Generali

Tract FO & CGT Appel à l’assemblée des salariés du 11/02/14 :fichier pdf Appel CGT et FO AG du 11 février 2014

Tract FO & CGT Compte Rendu de l’assemblée du 11/02/14 :  fichier pdf Tract CGT et FO du 13 février 2014

Jean-Simon Bitter
Délégué central FO chez Generali
Secrétaire Fédéral de la FEC FO (Secteur Assurances)

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Une Réponse à “Generali : Lettre ouverte à l’Argus de l’Assurance”

  1. foassurances dit :

    Vous pouvez nous laisser un commentaire !
    Ce dernier ne sera lisible que par la section fédérale Force Ouvrière, administrateur de ce site. Il n’apparaîtra pas sur le site.
    Ou nous contacter par notre formulaire de contact.

Laisser un commentaire

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus