Pourquoi assurer son animal de compagnie ?

Assurer son animal. En quoi cela peut-il être utile ?

L’assurance animale ne date pas d’aujourd’hui. Créée dans les années 80 en France, elle est très populaire dans les pays scandinaves. En effet, d’après l’étude menée par le journal « Le Monde » en 2017, 80 % des chiens et 50 % des chats bénéficient d’une assurance dans les Etats du Nord, contre seulement 6 % en France. Face à cette situation, les assureurs et les mutuelles proposent actuellement des formules intéressantes pour résoudre le problème. Toutefois, malgré ces offres avantageuses, les propriétaires se demandent toujours : à quoi sert l’assurance animale ? Quels sont les avantages d’en souscrire ? et pourquoi est-elle indispensable ?

Un excellent moyen pour alléger les dépenses chez le vétérinaire

Les Français portent beaucoup d’affections aux animaux. Pour preuve, d’après une enquête effectuée par Facco/Kantar TNS, un ménage sur deux possède un animal de compagnie. Seulement voilà, les Français redoutent les dépenses vétérinaires. En effet, ils doivent consacrer en moyenne 500 € par an rien que pour les visites chez le vétérinaire. Sans parler des autres opérations médicales, comme la stérilisation, la castration, l’intervention chirurgicale et bien d’autres encore.

Pour faire face à ces dépenses qui peuvent parfois être mirobolantes, les foyers français ne possèdent qu’une seule alternative : Assurer son animal. Même si elle est encore peu connue, elle est avantageuse dans la mesure où elle allège les coûts liés au traitement de l’animal et aux charges médicales. Un propriétaire peut même recevoir un remboursement durant 3 à 4 ans pour les frais de consultation chez le vétérinaire.

En cas d’accident, l’assurance prend en charge les dépenses engagées pour l’opération chirurgicale. À noter que ce genre d’intervention peut coûter entre 1 500 à 2 000 €. Cela peut même atteindre les 3 000 € en cas de complication.

Et enfin, l’assurance animale permet de faire des économies, parce qu’elle rembourse entre 50 à 80 % des dépenses pour l’achat des médicaments, comme les compléments alimentaires, les produits calmants, etc. Ainsi, le propriétaire paie seulement une somme minorée.

Une garantie de taille pour assurer la santé de l’animal

Comme son nom l’indique, l’assurance sert à garantir la santé de l’animal en cas de maladie. Elle prévient dans ce cas, les risques de maltraitance qui peuvent conduire à des sanctions pénales, notamment à des amandes allant jusqu’à 750 €. Effectivement, elle prend en charge les consultations chez le vétérinaire, que ce soit pour une simple visite ou pour une consultation d’urgence. Elle s’occupe également de rembourser les frais d’examen, comme les analyses, le scanner, la radiographie, etc.

Quant aux troubles de santé inquiétante, l’assurance peut également s’avérer indispensable, car elle peut rembourser la totalité ou la partialité des frais liés à l’opération.

À part la prise en charge en cas de maladie, l’assurance intervient aussi en amont, en s’occupant des frais médicaux liés à la prévention des problèmes de santé. Cette action concerne généralement la vaccination, les vermifuges, la stérilisation et les autres les traitements antiparasitaires. Mais, en fonction du contrat choisi, le dépistage et le détartrage peuvent également être inclus dans la formule. Et enfin, l’assurance peut rembourser les coûts engagés pour la garde de l’animal, les frais de vétérinaire à l’étranger. Elle assiste même le propriétaire en cas de disparition de l’animal.

Une sécurité accrue pour le propriétaire

Comme l’assurance prend en charge les frais engagés chez le vétérinaire, elle rassure les propriétaires. À l’abri des risques, ces derniers ne sont plus responsables des charges liées à la santé de leur animal de compagnie. En effet, en cas de maladie ou d’accident, l’assurance s’engage à intervenir pour leur prêter main-forte. À long terme, l’assurance garantit la santé de l’animal, surtout si elle est souscrite dès son jeune âge. Elle se charge de rembourser les traitements jusqu’au décès de l’animal.

À part la prise en charge des coûts chez le vétérinaire, l’assurance intervient pour d’autres cas. À titre d’illustration, elle garantit la responsabilité civile du propriétaire en cas de dommages provoqués par son animal de compagnie. Effectivement, d’après l’article 1385 de Code civil, le propriétaire est tenu de réparer les dégâts matériels ou corporels causés par son animal à de tierces personnes. C’est le cas d’un chien qui blesse quelqu’un lors d’une promenade, ou d’un chat qui avait détruit la clôture d’une maison, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *