COURTAGE : RETRAITS DES PLANS DE LICENCIEMENT !

Posté par foassurances le 1 avril 2013

COURTAGE : RETRAITS DES PLANS DE LICENCIEMENT !
 

Retour à l'accueil  Le 19 mars la CSCA (chambre syndicale des courtiers d’assurance) a rencontré les deux fédérations FO et CGT mais a voulu renvoyer la négociation à une négociation globale de tous le secteur des assurances c’est à dire avec la FFSA (fédération française des sociétés d’assurances). Les fédérations CGT et FO ont maintenu l’exigence d’une négociation avec la seule CSCA d’un accord de branche garantissant le maintien de tous les emplois au même lieu géographique, sans perte de salaire ni déqualification en cas de défaillance totale ou partielle d’un courtier.

Une prochaine paritaire aura lieu le 11 avril. Une nouvelle rencontre FO et CGT a eu lieu le 27 mars.

Pour comprendre la situation il faut retenir que les courtiers, contrairement aux agents généraux, sont les représentants des assurés et des clients face aux compagnies d’assurances. Ils prennent donc des engagements à l’égard des assurés. Or ils n’ont aucune contrainte réglementaire pour éviter les dépôts de bilan. Ils sont en revanche soumis à l’ACP (autorité de contrôle prudentiel) qui est devenue un instrument de l’Union Européenne qui exige la réduction du coût du travail et qui est probablement à l’origine des plans de licenciements.

La CSCA proteste contre l’ANI du 11 janvier et sa transposition pour ses propres raisons. Elle craint de perdre le marché de l’assurance santé complémentaire du fait de la « clause de désignation » qui conduirait à choisir l’assureur au niveau des branches. Elle annonce tantôt 10 000 suppressions d’emplois  sur 30 000 (communiqué CSCA du 9 février 2013), tantôt 30 000 suppressions d’emplois sur 120 000 (communiqué du 25 mars 1013 « sauvez les abeilles »). En réalité, la CSCA se félicite de la destruction de la sécurité sociale qui serait une conséquence de l’ANI et de sa transposition mais elle réclame une part du gâteau pour les courtiers.

Cependant la profession du courtage est réellement menacée par une directive européenne. Il s’agit de la directive sur l’intermédiation dans l’assurance (DIA2). Cette directive met sur le même plan tous les opérateurs d’assurances qu’ils soient compagnies, mutuelles, intermédiaires de type courtiers ou agents et même les concessionnaires auto ou grande surface. Tout le monde pourra vendre de l’assurance sous couvert d’une formation superficielle généralement donnée en eLearning avec Quizz.

Oui la profession du courtage est menacée alors qu’elle réunit des milliers de salariés qualifiés. Elle est menacée dans son existence même.

Les fédérations FO et CGT qui se sont réunies le 27 mars 2013 ont décidé de maintenir leurs revendications :

  • retrait des « plans de sauvegarde de l’emploi »,
  • arrêt des licenciements,
  • un accord collectif de la branche du courtage garantissant le maintien de tous les emplois.

Elles iront sur ce mandat à la commission paritaire du 11 avril. Elles ont par ailleurs de décidé de faire part d’une nouvelle initiative qu’elles rendront publique prochainement. Par ailleurs elles seront dans l’unité, le 9 avril, dans la grève et les manifestations contre l’ANI et sa transposition dans la Loi.

La CSCA doit comprendre que l’ouverture d’une négociation dans le cadre de la branche pour un accord de branche garantissant le maintien des emplois est conforme aux intérêts des salariés du courtage mais aussi dans l’intérêt de l’ensemble des courtiers.

Avoir le courage de mener cette négociation de branche c’est sauver l’avenir de la profession de courtier.  

 Jean-Simon Bitter
Secrétaire de la section fédérale

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Aon, Assor, Entreprises, Gras Savoye, JEC | 1 Commentaire »

Conférence Nationale d’Alerte : Peut-on accepter le déferlement des licenciements ?

Posté par foassurances le 29 avril 2010

4 Mai 2010 – Conférence Nationale d’Alerte : Peut-on accepter le déferlement des licenciements ?

A l’appel de la section fédérale des assurances de la FEC-FO

conferencedalerte3.png
Rencontre nationale de délégués de tous les secteurs de la profession

4 mai 2010 à la Bourse du Travail de 10h à 16h

3 rue du Château d’eau Paris 10e salle Ambroise Croizat.

Retour à l'accueil Notre organisation syndicale FO  vient d’apprendre que plusieurs entreprises d’assurance et du courtage ont engagé des plans de licenciements, c’est le cas chez AON, chez Chartis et chez Assor. D’autres entreprises risquent d’être concernées.

Alors que partout les sites de travail et les emplois sont menacés par des plans de restructuration qui s’inscrivent dans une logique d’industrialisation, de délocalisations, d’externalisation avec mise en place de plates-formes téléphoniques, alors que les licenciements sont engagés, est-il possible de laisser faire sans rechercher l’unité pour l’arrêt des licenciements, pour le maintien des sites de travail, contre les délocalisations et contre les externalisations.

Nous avons proposé une plate-forme revendicative qui sera discutée le 4 mai par les délégués et portée aux fédérations patronales en délégation.

  • Arrêt des délocalisations et des suppressions d’emplois
  • Arrêt des externalisations
  • Maintien des sites de travail et des emplois sur les sites
  • Des embauches en CDI à temps plein sans discrimination
  • Suppression des objectifs et de toutes les mesures d’individualisation
  • Augmentation générale des salaires de 5 % avec un minimum annuel de 1500 €
  • Maintien des grilles indiciaires de salaires et l’avancement automatique à l’ancienneté

FO assurances a invité les autres fédérations syndicales à participer à la conférence du 4 mai 2010.  Une seule a répondu, la CFTC qui participera. Aucune réponse des autres, ni la CGT, ni la CFDT ni la CGC n’ont répondu.

Nous savons que plusieurs fédérations syndicales ne partagent pas les positions de FO qui revendique le retour aux négociations de branche et l’augmentation générale des salaires.

Mais peut-on laisser les licenciements déferler sans réunir toutes nos forces pour les empêcher ?

La section des assurances de la FEC-FO appelle tous ses syndicats, tous ses militants à assurer le succès de la conférence d’alerte dont la nécessité s’est renforcée.
Elle confirme son appel aux autres fédérations syndicales. Rien ne peut justifier le refus de se mobiliser dans l’unité pour les revendications vitales et urgentes :

  • Aucun licenciement
  • Maintien des sites de travail et de tous les emplois
  • Arrêt des externalisations et délocalisations

Jean-Simon Bitter
Secrétaire de la section fédérale

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Aon, Assor, Chartis, Entreprises | 1 Commentaire »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus