Le combat contre la Loi travail continue !

Posté par foassurances le 5 avril 2017

Le combat contre la Loi travail continue !

Retour à l'accueil   Nous publions dans cet article les extraits les plus importants d’un jugement obtenu par notre Fédération FO rejointe par la CGT contre GENERALI :ON A GAGNE FEC FO

Voir le jugement : ICONE PDF MINUTE TGI DE PARIS 21 mars 2017


Dans cette entreprise, un accord a été signé entre la direction et les syndicats CFDT, CFE-CGC et UNSA qui augmentait la durée annuelle du temps de travail de 5 jours (par suppression de journées de RTT ou augmentation de la durée quotidienne du temps de travail) sans rechercher l’accord des salariés par avenant, sans compensation salariale et qui a permis l’organisation des horaires individualisés par services avec des permanences imposées jusqu’à 18h45.

Bien sûr, la direction de GENERALI a fait appel, mais les principales dispositions du jugement gardent toutes leurs importances et méritent d’être portées à la connaissance de tous les salariés.

Extraits les plus importants du jugement : 

Sur le droit d’opposition du comité d’entreprise dans ce domaine :

« L’article L.3122-23 du code du travail aménage au profit du comité d’entreprise un droit d’opposition à la règle de l’horaire collectif du travail qui ne peut par définition s’exercer que sous forme d’avis favorable ou défavorable du comité d’entreprise concerné. L’expression de cet avis défavorable sur le projet litigieux, au demeurant de manière unanime peut donc être considéré que comme l’exercice de ce droit d’opposition »

Sur l’augmentation de la durée annuelle sans avenant soumis aux salariés :

«Or un accord collectif ne peut pas par principe valablement stipuler qu’il prévaudra sur les contrats de travail individuels des salariés. En l’occurrence, il n’est effectivement pas contestable que cet accord collectif prévoit une augmentation de la durée annuelle de référence des salariés avec comme conséquence une diminution du taux horaire sans augmentation générale.

Cette clause d’indivisibilité et l’incidence ainsi crée sur les contrats de travail sans solliciter l’accord express au moyen d’avenants concernant l’organisation et la durée du travail suffisent à entraîner la nullité de l’ensemble de cet accord collectifs »

Sur la demande d’annulation des autres accords du 17 décembre 2015 :

« L’accord litigieux du 17 décembre 2015 sur l’organisation et la durée du temps de travail apparaît suffisamment distinct et indépendant des cinq autres accords collectifs conclus le même jour. L’allégation d’ensemble contractuel entre cet accord annulé et ces cinq autres n’est donc pas caractérisé au terme des débats. La demande subsidiaire de l’UES GFA aux fins d’annulation des cinq autres accords collectifs conclus le 17 décembre 2015 du fait de l’annulation de l’accord litigieux sera en conséquence rejetée. »

Comme à la suite de notre victoire chez COVEA cela a provoqué la rage des organisations syndicales signataires mais les salariés ont reçu chaleureusement l’information et le tract FO explicatif.

Chez Generali, lors de la diffusion du tract explicatif (ICONE PDF LIRE LE TRACT FO GENERALI DU 29 MARS 2017), les militants FO ont pu constater le très bon accueil de celui-ci, de la part des salariés.

« Nous en avons vu beaucoup plongés dans une lecture attentive de ce tract même dense (mais il était difficile de faire moins pour cette communication essentielle après tous les mails qui ont circulés contre notre action de la part des fidèles soutiens de la Direction…). Nous avons eu droit à des Bravos, Félicitations, Heureusement que vous êtes là… »

Les camarades de GENERALI et la section fédérale sont fiers de ces victoires juridiques qui pour le compte de toute la classe ouvrière démontre que le code du travail existe toujours et peut être défendu malgré la loi travail dont nous demandons l’abrogation.

Chez COVEA comme chez GENERALI, ces jugements sont un appui à l’action syndicale et partout à la syndicalisation : chez GENERALI, pour la compensation salariale des heures travaillées non payées, chez COVEA pour l’annulation des dénonciations des accords collectifs.

Et partout c’est un encouragement pour l’action pour l’abrogation de la Loi Travail !

 

Georges DE OLIVEIRA
Secrétaire Section Fédérale des Assurances
FEC-FO

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans COVEA, Entreprises, GENERALI, JEC | 1 Commentaire »

Communiqué SF FO Assurances & FO Generali France : Soutien aux salariés suisses Generali Nyon & UNIA

Posté par foassurances le 2 décembre 2016

Communiqué SF FO Assurances & des sections FO Generali France :
Soutien aux salariés suisses Generali Nyon & à leur syndicat UNIA

 

newgif001.gif  Communiqué de la SF FO Assurances  et des sections FO Generali France du 02/12/16 :

Suite aux annonces faites par Generali le 23/11, Force Ouvrière réclame le retrait de ce nouveau plan de réduction des coûts et a affirmé deCommuniqué fec fo nouveau être opposé à toute externalisation et délocalisations d’activités. Une déclaration FO a été lue (voir la déclaration FO Generali du 24/11/16) devant Eric Lombard Président de Generali France lors du comité de groupe France du 25/11/16 et transmise aux syndicats européens.
 
Les salariés suisses du site Generali Nyon sont actuellement confrontés à un plan de délocalisation des activités des fonctions centrales et services généraux – ressources humaines et informatique notamment. 
 
Ce sont environ 100 emplois sur ce site (sur 350 environ) qui sont menacés de délocalisation !  Les salariés du site y sont opposés et sont actuellement mobilisés contre ce plan qui n’est en réalité qu’un plan de licenciements déguisés. 
 
Ce plan menace tous les salariés de Generali en Suisse et dans le monde. 
 
Force Ouvrière apporte son soutien aux salariés suisses de Generali Nyon et à leur syndicat UNIA.
Force Ouvrière réclame l’abandon de ce plan de délocalisation et le maintien de tous les emplois actuels sur le site de Nyon.

 

Georges DE OLIVEIRA
Secrétaire Section Fédérale des Assurances
Jean Simon BITTER
Responsable Fédéral
FEC-FO

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Communiqués SF, Entreprises, GENERALI | 1 Commentaire »

Communiqué SF FO Assurances : Nous ne pouvons accepter le PLAN de « réductions des coûts » de Generali

Posté par foassurances le 2 décembre 2016

Communiqué SF FO Assurances : Nous ne pouvons accepter le PLAN de « réductions des coûts » de Generali !

Communiqué de la section fédérale FO Assurances du 01/12/16 :

AUX SYNDICATS EUROPEENS SECTEUR ASSURANCES

Communiqué fec fo

La Section Fédérale des Assurances de la FEC-FO soutient ses représentants au sein du groupe Generali qui, à juste titre, s’inquiètent des conséquences désastreuses du Plan d’économie présenté par  le Groupe Generali lors du dernier Comité d’Entreprise Européen qui s’est tenu à Rome du 23 au 25 novembre 2016.

Notre organisation alerte l’ensemble des syndicats européens sur les effets catastrophiques, pour l’emploi et les conditions de travail des salariés du groupe Generali que peut constituer ce Plan. 

En effet, ce plan prévoit « le retrait de marchés non attractifs afin de générer 1 milliard d’euros et une réduction des coûts de 200 millions d’euros sur les marchés parvenus à maturité ». Il met, donc, en péril tous les salariés dans les différents pays et de surcroit est suicidaire pour Generali. 

Notre organisation, le 25 novembre 2016 au sein du Comité de Groupe France, a lu une déclaration qui en brosse les dangers et qui pose les revendications que nous pensons nécessaires afin de garantir les droits et intérêts collectifs des salariés (voir la déclaration jointe ).

Extrait de la déclaration : 

« Notre syndicat FO revendique :

  • Le retrait de ce plan de réduction des coûts.
  • Des embauches massives en CDI.
  • Le remplacement de tous les départs par des embauches en CDI.
  • L’arrêt des externalisations et des restructurations.
  • Le retour aux augmentations générales. »

Au vu du contexte, nous pensons qu’il serait utile, dans l’intérêt de tous les travailleurs, que les organisations syndicales s’unissent pour  faire barrage au plan destructeur et faire aboutir ces revendications.

Pour télécharger le courrier aux syndicats européens :
fichier pdfSF FO Assurances – Courrier aux syndicats européens Generali

Pour télécharger la déclaration FO  du 24/11/16 diffusée par tract :
fichier pdfTract Déclaration FO Generali 24/11/16

 

Georges DE OLIVEIRA
Secrétaire Section Fédérale des Assurances
FEC-FO

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Communiqués SF, Entreprises, GENERALI | 1 Commentaire »

Loi Travail : Grève interprofessionnelle & Manifestation nationale à PARIS le 14 juin 2016 pour le RETRAIT !

Posté par foassurances le 12 juin 2016

Loi Travail : Grève interprofessionnelle & Manifestation nationale à PARIS le 14 juin 2016
pour le RETRAIT !

Retour à l'accueil  A l’arrogance irresponsable, terreau de la violence, Force Ouvrière oppose la solidarité et l’unité d’action :

RETRAIT du projet de loi « HOLLANDE/VALLS/BERGER » !

La loi « HOLLANDE/VALLS/BERGER » est rejetée par la grande majorité de la population. Malgré tout, le gouvernement et ses séides poursuivent dans le déni de démocratie.
L’utilisation de 49.3, démontre que même à l’Assemblée Nationale, le Gouvernement n’a pas les soutiens nécessaires. Cet outil permet à un gouvernement, contre l’avis de la représentation nationale, contre le peuple, de passer en force. Dès lors, quelle légitimité un tel gouvernement et
le Président de la République qui le soutient, ont-ils ?
Certainement beaucoup moins que les millions de citoyens qui se prononcent, à une grande majorité, pour le retrait de ce texte, certainement beaucoup moins que les organisations syndicales de salariés et de jeunes qui, depuis plus de 3 mois, contestent cette loi avec détermination et dans l’unité.

Aujourd’hui, les citoyens, les travailleurs assistent à un déferlement de haine et de violence verbale sans commune mesure depuis des décennies avec de plus en plus de dérapages de la part des politiques, patrons et des journaux aux ordres. Pas une émission télévisuelle, radiophonique, pas un article dans la presse ou sur les réseaux sociaux qui ne tente d’instiller la haine des organisations syndicales. La stratégie est clairement décrite : détruire les organisations qui ne plient pas devant le dictat du Gouvernement, diabolisation des uns, tentative de division des salariés de leur organisation, désinformation. 

Mais rien n’y fait, la population, les salariés ne sont pas dupes. La mobilisation, quoi qu’en disent les médias et le Gouvernement, progresse, avec des secteurs qui sont plus en pointe que d’autres, mais cela ne faiblit pas. D’autant plus que pour les salariés, cela n’est pas abstrait car dans les entreprises et notamment dans celles du secteur des Assurances, les exemples concrets de ce que pourrait être la loi « Travail » existent déjà.

Partout, les militants FO doivent lutter pour maintenir et défendre les droits collectifs des salariés. Partout, en effet, ces droits sont mis à mal, partout on essaie de contourner le rempart que représentent les organisations syndicales qui défendent les salariés dont Force Ouvrière.
Notre organisation syndicale est souvent confrontée à la convergence hostile des organisations qui accompagnent les entreprises, avec quelques fois la complicité des médias.

C’est le cas notamment à l’occasion des élections professionnelles qui se sont déroulées à Generali le 02 juin 2016. 
Vous trouverez, ci-après, le communiqué paru sur notre site foassurances.fr (http://foassurances.fr/2016/06/02/communique-fo-confronte-aux-diffamations-et-aux-mensonges-chez-generali/)

 

jec derniere minute

Notons que le démenti (portant sur l’article mensonger de Xavier de Mazenod dans son blog THEVILLAGE sur le Télétravail) qui devait être envoyé à la demande
de FO Generali à tous les salariés le 1er juin par la Direction a été envoyé le 3 juin, c’est à dire le lendemain des élections …
FLASH INFO maj info 14 06 2016

 

 

JEC FO Assurances JUIN 2016

Lire le JEC en cliquant sur l’image … ou sur ce lien fichier pdf JEC FO Assurances Juin 2016

 

Vous trouverez également ci-joint l’appel commun appel commun FD CGT & FEC-FO (banques et assurances) pour le 14 juin.
A diffuser à l’ensemble des syndiqués et des salariés.

TOUS EN GREVE, TOUS A LA MANIFESTATION LE 14 JUIN 2016.

RETRAIT DU PROJET LOI TRAVAIL !

appel commun fd cgt & fecfo 14 juin

Lire l’appel en cliquant sur l’image … ou sur ce lien fichier pdf APPEL commun_FD CGT & FO (banques et assurances) 14 juin 2016

Georges DE OLIVEIRA
Secrétaire Section Fédérale des Assurances
FEC-FO

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Entreprises, GENERALI, JEC | 1 Commentaire »

Communiqué : FO confronté aux diffamations et aux mensonges chez Generali

Posté par foassurances le 2 juin 2016

Flash Info FO Generali
Communiqué : FO confronté aux diffamations et aux mensonges chez Generali

FLASH INFO maj info 14 06 2016

 

Nous publions sur ce site un communiqué FO Generali du 02 juin 2016

FLASH INFO FO

 Fin 2015, la Direction de Generali a voulu anticiper sur le projet de loi EL Khomri en soumettant à la signature un accord qui : 

• augmente la durée du travail d’une semaine sans aucune compensation salariale,

• modifie les horaires individualisés qui seront déterminés par service sans négociation avec les syndicats sans accord du comité d’entreprise ni contrôle de l’inspecteur du travail.
.
Notre syndicat FO a lutté de toutes ses forces contre le projet d’accord en réunissant plusieurs assemblées générales et en lançant une pétition FO qui recueilli plus de 1000 signatures et le comité d’entreprise a voté à l’unanimité contre l’accord.
La Direction de Generali ignorant la pétition FO, ignorant le vote du comité d’entreprise a persisté et fait signer l’accord par la CFDT, la CFE-CGC et l’UNSA.
Cette fois une nouvelle pétition pour condamner l’accord et obtenir une compensation salariale a été lancée par notre syndicat FO avec deux autres organisations, la CGT et la CFTC. Cette pétition a recueilli plus de 1300 signatures.
La FEC FO devait saisir le TGI de Paris pour faire annuler cet accord illégal. La CGT a décidé de se joindre à la procédure pour réclamer également l’annulation de cet accord.

 

Depuis que cette action est engagée les mensonges se multiplient contre notre organisation syndicale FO et ses militants au sein de Generali.

fleche bleu

 Ne retenons ici que ce qui porte sur cet accord illégal :

  • La pétition qui recueille plus de 1300 signatures de salariés de Generali est qualifiée de « pétition fantôme » par un des syndicats signataires de l’accord. Nous avons été dans l’obligation de faire constater la réalité des signatures par un huissier.
  • Les signataires de l’accord El-Khormi prétendent mensongèrement que l’accord précédent a été dénoncé. L’un des signataires précise même « légalement »
  • L’annulation de l’accord sur le temps de travail conduirait automatiquement et légalement à la caducité des autres accords … C’est ce que Generali demande au tribunal par provocation mais ce que le tribunal ne lui accordera certainement pas.

fleche bleu  Et le 1 juin 2016, à la veille des élections professionnelles chez Generali, une alerte Google a pointé sur un article paru sur un site internet (zevillage) sous le titre « Chez Generali, Force ouvrière et la CGT attaquent l’accord télétravail »

Ce titre est mensonger et confond délibérément l’accord sur le temps de travail et l’accord sur le télétravail.VERITES MENSONGES
Notre syndicat et ses militants sont intervenus auprès du responsable du site, pour lui demander de corriger cette information.
Ce dernier a refusé en prétendant que son article était issu du texte rédigé par Mariette Kammerer et publié par le service de l’AFP-Liaisons sociales en reconnaissant cependant en avoir changé le titre.
En vérifiant avec l’article d’origine (repris seulement en partie) nous avons constaté que non seulement le titre avait été changé mais également le contenu.
Et voilà ce que nous a répondu Xavier de Mazenod, responsable du site Zevillage : « Je viens de vérifier l’article de Mariette paru sur Entreprise & Carrières qui est strictement conforme au nôtre ».
MENSONGE !
Voilà ce qu’a écrit Mariette Kammerer que nous avons interrogée : «C’est assez clair selon moi, je ne fais pas référence à l’accord télétravail quand je parle de l’action en justice. Je ne sais pas ce qu’a écrit le site dont vous parlez mais s’il a déformé mes propos je n’en suis pas responsable. »
Il est donc démontré que Xavier de Mazenod a menti.
Il se présente comme «conseil et formation en communication d’influence, spécialiste de la mise en œuvre et de l’animation de réseaux sociaux professionnel ».
Il est le conseil de qui dans cette affaire ?
Nous ne pouvons pas le savoir mais notre syndicat FO a immédiatement rédigé un démenti le 1er juin et a demandé à la Direction de Generali de le diffuser aussitôt. Ce n’est pas encore fait.
Notre syndicat FO reste déterminé, malgré les pressions et les mensonges, à lutter contre cet accord chez Generali
et pour le retrait du projet de loi dans le pays.

  

Georges DE OLIVEIRA
Secrétaire Section Fédérale des Assurances
FEC-FO

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

 

Publié dans Communiqués SF, Entreprises, GENERALI | Commentaires fermés

FO Assurances défend le principe de faveur – Generali Temps de Travail : un jeu de dupes …

Posté par foassurances le 20 novembre 2015

FO Assurances défend le principe de faveur
Generali Temps de Travail : un jeu de dupes … 

Retour à l'accueil    fleche2.gif Défense du principe de faveur

Le principe de faveur en droit du travail est un principe général du droit, s’appliquant en toutes circonstances.
Ce principe permet de régler les situations de conflits entre deux ou plusieurs normes.
En effet, lorsqu’il existe plusieurs textes qui portent sur le même objet, le texte qui sera appliqué sera celui dont les dispositions sont les plus favorables aux salariés.
L’application du principe de faveur est d’ordre public : le salarié ne peut donc, par avance, y renoncer et toute clause présente dans le contrat de travail qui irait dans ce sens sera réputée non écrite …
Lire la suite en  cliquant sur l’image … ou sur ce lien fichier pdf JEC FO Assurances Novembre 2015

    fleche2.gif FO Generali Temps de Travail : un jeu de dupes …

Nos camarades de Generali sont confrontés à un projet patronal mis au point depuis des mois et en secret, avec la CFDT, l’UNSA et la CFE-CGC, qui vise à imposer aux salariés 5 jours de travail non payés, des permanences jusqu’à 19 heures …
Lire la suite en  cliquant sur l’image … ou sur ce lien fichier pdf JEC FO Assurances Novembre 2015

 

Jec FO Assurances Novembre 2015

 

Georges DE OLIVEIRA
Secrétaire Section Fédérale des Assurances
FEC-FO

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Entreprises, GENERALI, JEC, MAIF | 1 Commentaire »

SAUVONS LA SÉCURITÉ SOCIALE : DISONS NON AU PACTE DE RESPONSABILITÉ !

Posté par foassurances le 14 mars 2014

SAUVONS LA SÉCURITÉ SOCIALE : DISONS NON AU PACTE DE RESPONSABILITÉ ! 

UN PACTE CONTRE LES SALARIES , suite …

Retour à l'accueil newgif001.gif La Section Fédérale des Assurances de la FEC-FO est consciente du danger de mort que fait peser la « Pacte de Responsabilité », annoncé par le président de la République et salué par le patronat, sur la Sécurité sociale de 1945.

La Section fédérale se félicite des nombreux appels communs qui tous dénoncent le « Pacte de Responsabilité » et les divers plans d’austérité qui touchent les salariés dans les entreprises du secteur de l’Assurance (restructurations, licenciements, pas ou peu d’augmentation de salaire…).

Vous trouverez, ci-dessous, les premiers appels dans les entreprises ( Aviva, Generali, MACIF, MAIF, MAAF …) déjà reçus par la section fédérale ainsi que l’appel fédéral FO et CGT.

Georges DE OLIVEIRA
Secrétaire Section Fédérale des Assurances
FEC-FO

fichier pdf Appel commun FSPBA-CGT & FEC-FO au 18 mars 2014

fichier pdf Appel commun CGT & FO Aviva au 18 mars

fichier pdf Appel FO et CGT Generali à la grève le 18 mars

 fichier pdf Appel commun FO & CGT au 18 mars 14 MAIF Niort

fichier pdf Appel commun FO & CGT au 18 mars 14 MAIF hors Niort

fichier pdf Tract Commun FO & CGT au 18 mars 14 MAAF

fichier pdf Apppel FO & CGT au 18 mars 14 MACIF

 

Partout, continuons la préparation de la grève

et des manifestations du 18 mars 2014 !

 

FO contre le Pacte 18 mars 2014

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

 

Publié dans AVIVA, Communiqués SF, Entreprises, GENERALI, MAAF, MACIF, MAIF | 1 Commentaire »

Generali : Lettre ouverte à l’Argus de l’Assurance

Posté par foassurances le 13 février 2014

GENERALI : LETTRE OUVERTE A l’ARGUS DE L’ASSURANCE

 

A Nicolas Thouet, journaliste à l’Argus de l’Assurance
.
Pièces jointes
 :
- les deux versions de votre article sur la grève de la production informatique,
- les tracts des syndicats CGT et FOBonjour Monsieur, 

J’estime nécessaire de réagir à l’article que vous avez publié sur votre site WEB le 4 février 2014 à 17 h 42 sur la grève de la production informatique chez Generali. Il existe deux versions de cet article dont une a été « mise à jour » le lendemain, 5 février, à 16 h 45.Dans les deux versions je suis cité. Vous m’avez cité partiellement ce qui est votre droit et je ne vous le reproche pas. Vous avez respecté une pratique conforme aux règles habituelles : me soumettre les propos qui me sont prêtés.J’ignorais le reste de l’article qui est de votre responsabilité. Je suis cependant intrigué par le changement de rédaction. Dans le texte d’origine vous avez écrit « Suite à la grève organisée ce 4 février par une partie des effectifs de la production informatique de l’assureur, une délégation de onze salariés a été reçue ce même jour par la direction, » ce qui correspondait au moins partiellement aux informations que je vous avais communiquées.   

Mais cette phrase a été transformée ainsi : « Faible mobilisation pour la grève organisée ce 4 février dans les locaux de la production informatique de l’assureur, à l’appel de la CGT et de FO. Selon nos informations, entre 10 et 20 personnes ont participé à ce mouvement. Pour autant, une délégation de salariés a été reçue ce même jour par la direction », ce qui est contraire à ce que je vous avais indiqué.

Vous prétendez que selon vos informations « entre 10 et 20 personnes ont participé ». C’est faux et on pourrait penser que je suis votre informateur ou un de vos informateurs. Vous auriez pu au moins préciser que cette évaluation est contestée par celui que vous citez.

Je ne sais pas d’où viennent vos informations inexactes mais je sais qui a intérêt à les répandre, la Direction de Generali évidemment.

Il y a d’ailleurs eu un évènement au début de la grève qui me laisse penser que vous avez pu subir une pression de cette Direction. Une partie des grévistes était rassemblée sur un plateau avec les délégués centraux de la CGT et de FO (moi-même) surtout dans le but de dialoguer avec les prestataires qui sont directement concernés par nos revendications. C’est alors que Michel Estimbre est arrivé accompagné du responsable de la DSI, du responsable de la Production, d’une responsable de la RH et d’un huissier pour nous sommer de quitter les lieux, nous menacer de saisir la justice et exercer une pression contre la grève. L’huissier et la RH prenaient de nombreuses photos.

Est-ce cela votre source ? Je l’ignore. Ce qui compte c’est que votre « mise à jour » sera utilisée par la Direction de Generali pour discréditer notre mouvement.

La délégation de la production composée de salariés syndiqués et non syndiqués et des syndicats CGT et FO est, comme je vous l’avais indiqué, très représentative de l’ensemble de la production. La Direction ne s’y est pas trompée puisqu’elle a elle-même proposé de la rencontrer régulièrement, une fois par mois, dans la même composition.

Cette délégation et les syndicats CGT et FO ont décidé de proposer à tous les salariés de Generali à Saint-Denis de les rencontrer parce que tous sont finalement concernés. La Direction a refusé à nos syndicats une salle, appelée auditorium, alors qu’elle était libre. Ce refus inhabituel démontre que la Direction cherche à casser notre mobilisation pour nous faire accepter son plan.

La Direction de Generali vous a dit que c’est un plan complexe. Peut-être mais est-ce une raison pour refuser aux CE et CCE des informations qui lui sont légalement dues. Comme je vous l’ai indiqué par téléphone nous réclamons la communication des projets des statuts et une description détaillées des actifs à transférer, une communication officielle de l’étude de risque qui a été réalisée par Generali France et qui démontre que le site français est le seul sécurisé et le moins coûteux.

Vous n’avez pas retenu, ce qui est votre droit, ces demandes que je vous avais indiquées et qui émanent de la délégation de la Production et des syndicats FO et CGT au même titre que celle concernant le périmètre de l’UES.

Cependant ces demandes non satisfaites, à ce jour, sont légalement dues aux institutions représentatives et très importantes pour l’avenir des salariés de la production informatique et finalement pour tous les salariés de Generali France.

Ces revendications sont liées à celles qui ont fait l’objet de la grève et notamment celle du maintien sans limitation de durée des contrats avec Generali Vie et sans aucune suppression de postes ni réduction d’effectif.

Je devrai rendre ce courrier public pour corriger les informations erronées de la « mise à jour » de votre article.

J’en profite pour vous communiquer, pour votre information, le tract des syndicats CGT et FO qui propose une rencontre entre les salariés de la production et les autres salariés de Generali France et réaffirme l’ensemble des revendications que, dans l’unité, nous soutenons et le tract de compte-rendu.

Je vous adresse mes meilleures salutations. 

Jean-Simon Bitter
Délégué central FO chez Generali

 

 

Pièce jointe N°1 :  Les deux versions de l’article sur la grève de la production informatique à Generali

1ère version
Grève chez Generali  les salariés reçus par la direction
.
Par NICOLAS THOUET – Publié le 04 février 2014, à 17h42
.
Suite à la 
grève organisée ce 4 février par une partie des effectifs de la production informatique de l’assureur, une délégation de onze salariés a été reçue ce même jour par la direction, représentée par Michel Estimbre, directeur des ressources humaines de Generali France«Parmi les revendications que nous avons formulées au cours de cet entretien, nous avons notamment demandé à ce que la future succursale française de GTech – qui soit dit en passant devrait être rebaptisée GIS – soit intégrée au sein de l’union économique et sociale (UES) de Generali France», explique Jean-Simon Bitter, délégué central FO chez Generali. Et d’ajouter : «On ne peut, en effet, pas concevoir que les contrats de travail et les actifs, qui seront normalement transférés dans cette nouvelle société de droit italien au 1er juillet, ne soient pas tous réunis dans une même structure juridique en France.»

VERS UNE NOUVEAU MOUVEMENT ? A défaut d’être entendue par la direction, la délégation n’excluait pas de reprendre la grève dans les prochaines semaines. Pour rappel, dans une interview exclusive accordée le 3 février à l’Argus de l’assurance, Michel Estimbre reconnaissait que cette réorganisation informatique était un «projet complexe», qui nécessitait des travaux «menés étape par étape».

2ème version
Grève chez Generali  les salariés reçus par la direction
.
Par NICOLAS THOUET - Mis à jour le 05 février 2014, à 16h 45 - Publié le 04 février 2014, à 17h42
.
Faible mobilisation pour la grève organisée ce 4 février dans les locaux de la production informatique de l’assureur, à l’appel de la CGT et de FO. Selon nos informations, entre 10 et 20 personnes ont participé à ce mouvement. Pour autant, une délégation de salariés a été reçue ce même jour par la direction, représentée par Michel Estimbre, directeur des ressources humaines de Generali France«Parmi les revendications que nous avons formulées au cours de cet entretien, nous avons notamment demandé à ce que la future succursale française de GTech – qui soit dit en passant devrait être rebaptisée GIS – soit intégrée au sein de l’union économique et sociale (UES) de Generali France», explique Jean-Simon Bitter, délégué central FO chez Generali. Et d’ajouter : «On ne peut, en effet, pas concevoir que les contrats de travail et les actifs, qui seront normalement transférés dans cette nouvelle société de droit italien au 1er juillet, ne soient pas tous réunis dans une même structure juridique en France.»

VERS UNE NOUVEAU MOUVEMENT ? A défaut d’être entendue par la direction, la délégation n’excluait pas de reprendre la grève dans les prochaines semaines. Pour rappel, dans une interview exclusive accordée le 3 février à l’Argus de l’assurance, Michel Estimbre reconnaissait que cette réorganisation informatique était un «projet complexe», qui nécessitait des travaux «menés étape par étape».

.

Pièces jointes N°2 :  Les tracts des syndicats FO & CGT de Generali

Tract FO & CGT Appel à l’assemblée des salariés du 11/02/14 :fichier pdf Appel CGT et FO AG du 11 février 2014

Tract FO & CGT Compte Rendu de l’assemblée du 11/02/14 :  fichier pdf Tract CGT et FO du 13 février 2014

Jean-Simon Bitter
Délégué central FO chez Generali
Secrétaire Fédéral de la FEC FO (Secteur Assurances)

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Entreprises, GENERALI | 1 Commentaire »

Pour la défense de tous les emplois, Non au démantèlement de l’UES Generali France Assurances

Posté par foassurances le 12 novembre 2012

Pour la défense de tous les emplois, Non au démantèlement de l’UES Generali France Assurances 

Retour à l'accueil   FO Assurances réagit pour défendre l’intégrité de l’Unité Economique et Sociale Generali France Assurances.

Cette UES a été créée par accord du 29 juin 1999 obtenu après une lutte menée par notre syndicat FO contre les infractions au code du travail et des années de négociation.

Cet accord finalement signé à l’unanimité, a pour principe de regrouper dans deux UES l’ensemble des entités du groupe Generali en France ; l’une réunit les sociétés d’assistance ou connexes, l’autre réunit toutes les compagnies d’assurances et les entités communes au groupe.

L’accord du 29 juin 1999 a été rédigé pour que les structures de l’UES résistent aux restructurations juridiques en imposant une obligation de négociation en cas de sortie ou d’entrée de nouvelles sociétés.

Cette obligation de négociation est également prévue par la jurisprudence en conformité avec le code du travail qui dit qu’une UES est reconnue par convention ou par décision de justice.

Mais la Direction de Generali voudrait pouvoir définir elle-même, sans négociation, le périmètre de l’UES, et ceci la conduit à multiplier les infractions au code du travail.

L’enjeu est important. La mise en œuvre des directives européennes et notamment de Solvabilité II, provoque des restructurations importantes et transfère le management des multinationales au niveau mondial et européen. Cela pourrait conduire au démantèlement de la filiale française de Generali et à des conséquences graves pour l’emploi. Mais il ne peut pas y avoir de démantèlement sans remise en cause de l’UES et voilà pourquoi il est, en effet, tellement important de la défendre.

C’est un combat que notre syndicat FO mène et cela nous vaut, en retour des attaques de la part de la Direction de Generali, une discrimination à notre encontre et une entrave à l’exercice du droit syndical.

Notre syndicat FO est poussé par la Direction de Generali à saisir la justice. Constamment nous sommes renvoyés vers les tribunaux. Quand nous réclamons des négociations, plusieurs fois nous entendons le Président du CCE prononcer cette phrase : « vous n’avez qu’à saisir les tribunaux« .

Mais notre syndicat FO ne saisit pas la justice avant d’avoir tout tenté par la négociation. Et c’est face aux dernières manœuvres que nous avons été conduits à une initiative importante : la désignation d’un délégué syndical central FO signifiée aux 11 entités qui composent l’UES.

La lettre ci-dessous envoyée à Claude Tendil, a également été adressée aux représentants légaux des 11 entités juridiques, avec copie à l’inspection du travail :

Pour la défense de tous les emplois, Non au démantèlement de l’UES Generali France Assurances dans Entreprises lettre-fec-fo-assurances-tendil-1-300x210 lettre-fec-fo-assurances-tendil-2-300x211 dans GENERALI
Cliquez sur les images de la lettre pour lire le document

Jean-Simon Bitter
Secrétaire de la section fédérale

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Entreprises, GENERALI, JEC | 1 Commentaire »

JEC Janvier – Generali : « L’affaire GPA » …

Posté par foassurances le 12 janvier 2012

GENERALI : « L’affaire GPA » …

Retour à l'accueil   « L’affaire GPA empoisonne de nouveau Generali » c’est ainsi que l’Argus des assurances titre un article du 6 janvier 2012.

En effet la Cour de Cassation a cassé une décision de la Cour d’Appel de Rennes (*) qui avait estimé que le licenciement de salariés de Generali pour causes économiques était justifié. Et le journal rappelle que 222 salariés ont été licenciés en 2007 pour avoir refusé un avenant à leur contrat de travail modifiant leur mode de rémunération.

L’Argus oublie de signaler l’essentiel.
L’avenant au contrat de travail est le produit d’un accord signé par tous les syndicats sauf notre syndicat FO.
C’est pourtant ce que tous les journaux, à commencer par l’AFP, ont souligné. Il faut en effet rappeler que les syndicats CFDT, CGT, CFE-CGC et CFTC ont signé cet accord de baisse de rémunération qui est à l’origine des licenciements, qu’ils ont approuvé le « plan social » qui en a été la conséquence.

Rappelons que notre syndicat FO était le seul syndicat représentatif qui s’est opposé à la signature, que nous avons été les seuls à mobiliser contre ce plan de licenciements, que nous avons été stigmatisés par l’employeur et plusieurs responsables syndicaux pour avoir refusé le consensus contre les salariés. Rappelons également que les salariés licenciés ont été insultés, désignés comme refusant de soutenir l’entreprise par l’employeur mais aussi par des responsables syndicaux.

Les salariés qui ont contesté leur licenciement avec FO ont obtenu gain de cause devant les  Prud’hommes mais Generali a fait appel.
D’autres ont mené une action désespérée de grève de la faim qui a reçu le soutien de notre syndicat FO et qui a finalement abouti. D’autre ont également obtenu gain de cause mais ont été déboutés en appel. L’arrêt de la Cour de Cassation du 14 décembre 2011 est une bonne nouvelle pour tous les salariés licenciés qui voient leur chance d’être indemnisés, sans contestation possible, renforcée.

Cet arrêt a été remarqué (voir article du monde daté 14 décembre 2011) parce qu’il est symptomatique d’une question de portée générale : ce n’est pas parce qu’un patron, ou le gouvernement a réussi à réunir un important consensus avec des organisations syndicales qui agissent contre leur nature ou un « pacte social » comme on dit, qu’il aura convaincu les salariés, qu’il aura évité leur résistance avec notre syndicat FO voire leur colère.

Cet arrêt de la Cour de Cassation a été remarqué pour une autre raison. Le 13 décembre c’était « une journée d’action », un « temps fort » des confédérations CGT-FSU-CFDT-SUD et UNSA. Très confidentielle cette opération était au fond destinée à entériner une politique de réduction des dépenses publiques et de coupes budgétaires. En effet, ce même 13 décembre, François Chérèque, secrétaire confédéral de la CFDT, participait à un entretien du MEDEF sur la compétitivité des entreprises et y déclarait « La CFDT n’est pas hostile à la maîtrise des dépenses publiques et au contrôle des budgets des états ». Il était dans la même salle qu’un représentant du MEDEF qui se plaignait que les accords signés dans les entreprises puissent être contestés en justice par des salariés et réclamait des changements de la loi pour « sécuriser les accords ».

L’enjeu est considérable. Notre syndicat FO soutient la pratique contractuelle et soutient, de toutes ses forces, les salariés licenciés par Generali. Il n’y a aucune contradiction. Un accord collectif ne devrait jamais être inférieur aux droits antérieurs, il ne devrait jamais remettre en cause les contrats de travail. Notre syndicat FO défend un principe général du droit très important : le principe de faveur  qui fait que c’est toujours la disposition la plus favorable qui doit profiter aux salariés.

A ces entretiens du MEDEF sur la compétitivité, participait également la CFE-CGC qui aujourd’hui soutient, toujours au nom de la compétitivité des entreprises, la « TVA sociale ». Cela signifie que les entreprises continueront à être exonérées de cotisations, ce qui n’est rien d’autre qu’une baisse du salaire différé, et que la charge sera transférée sur les consommateurs c’est-à-dire majoritairement les salariés. Comment un syndicat peut-il approuver une telle chose ?

Un syndicat a pour rôle, pour seul rôle, de défendre les intérêts des salariés. C’est la conception de notre syndicat FO.
Il y a plusieurs syndicats qui ont des conceptions diverses et c’est nécessaire en démocratie. Mais dans la voie des « pactes sociaux » il ne peut y avoir que la division. La seule voie qui permette de réaliser l’unité à laquelle aspirent les salariés, c’est la défense de leurs intérêts sur des revendications précises.

C’est ce que propose notre syndicat FO : unité pour le rétablissement des droits collectifs, pour les augmentations générales de salaires, contre tout licenciement, pour le maintien des sites et le maintien en postes de tous les salariés.

Jean-Simon Bitter
Secrétaire de la section fédérale.

(*) Cliquez sur ce lien pour voir l’arrêt de la Cour de Cassation du 14 décembre 2011

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Entreprises, GENERALI, JEC | 1 Commentaire »

12345...7
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus