COVEA – Tract commun FO et CGT : Tous en grève le 8 juin !

Posté par foassurances le 30 mai 2017

COVEA – Tract commun FO et CGT : Tous en grève le 8 juin !

Retour à l'accueil  newgif001.gif  La Direction de COVEA et notamment Thierry Derez ne nous laissent pas d’autres choix que de continuer la mobilisation par la grève pour porter nos revendications définies dans l’unité entre les syndicats CGT et FO.
Nous ne pouvons imaginer un PDG, mettant en exergue pour le Groupe le dialogue et la communication, ne pas tendre la main à plus d’un millier de salariés en grève, à moins de considérer qu’il les méprise ?!

Comment accepter une telle attitude ?

Le 9 mai et le 18 mai la grève a rassemblé des milliers de salariés, des bureaux fermés, d’autres en grève à plus de 80 % …

fichier pdf Appel CGT et FO COVEA à la grève du 9 mai 2017

fichier pdf Lettre ouverte des syndicats CGT et FO du 11 mai 2017 à Thierry Derez

Les conditions de travail dégradées par des restructurations permanentes et des effectifs insuffisants provoquent la colère des salariés. La dénonciation des accords collectifs qui va produire rapidement ses effets, la perspective d’un statut commun en baisse conduira à aggraver encore ces conditions de travail et à des baisses de rémunération.

Ce n’est pas admissible. Nous ne lâcherons pas et restons mobilisés pour :

  • Le rétablissement des accords dénoncés et donc l’annulation des dénonciations,
  • Un statut commun basé sur le principe de faveur : ce sont les dispositions les plus favorables aux salariés qui s’appliquent,
  • Une négociation sereine, menée sans pression ni urgence dans le respect des principes de sincérité et de loyauté.
  • Le paiement des heures de grève

 

Tous en grève le 8 juin 2017

Rassemblement à LEVALLOIS à 9 Heures

(148 RUE ANATOLE France – 92300   LEVALLOIS PERRET)

 

Le 8 juin, à l’issue du rassemblement les syndicats se réuniront pour décider, en fonction des réponses le Direction, la suite à proposer aux salariés. D’ores et déjà les syndicats CGT et FO ont décidé de se présenter le lendemain, 9 juin 2017, à Nantes pour demander à prendre la parole lors de l’assemblée générale  des sociétaires qui se tiendra avec Thierry Derez.

Signez massivement la pétition présentée par les syndicats CGT et FO 

Tract commun FO CGT COVEA Greve 8 juin

Lire la suite en cliquant sur l’image … ou sur ce lien fichier pdf Tract Commun FO & CGT COVEA Grève 8 juin 2017

Georges DE OLIVEIRA
Secrétaire Section Fédérale des Assurances
FEC-FO

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

 

Publié dans Entreprises, Fidelia, GMF, MAAF, MMA | 1 Commentaire »

Ce n’est pas inéluctable !

Posté par foassurances le 11 juin 2008

Retour à l'accueil  On veut nous présenter comme inéluctable le passage à 41 ans de cotisations pour bénéficier d’une retraite à taux plein. Or notre confédération a avancé des arguments incontestables pour démontrer qu’il n’en est rien. Mais c’est le soutien de la CFDT (avec « l’opposition raisonnable » de la CGT) qui seul permet au gouvernement et au MEDEF de donner consistance à leur plan. Il en est de même pour ce qui concerne la liberté syndicale, la hiérarchie des normes et le principe de faveur, les conventions de branche et la durée légale du travail. C’est la position commune MEDEF, CGT et CFDT qui ouvre la brèche politique qui permet au gouvernement de tout remettre en cause.

Et dans notre profession, nous avons subi, il y a maintenant plus de 10 ans la fermeture de la CREPPSA, notre caisse de retraite professionnelle alors qu’elle disposait de près de 4 années de prestations en réserve ! Avec la CREPPSA, un salarié ayant accompli toute sa carrière dans l’assurance obtenait une retraite globale atteignant, le plus souvent, 90 % de son salaire d’activité. Aujourd’hui il atteindra péniblement 60 %. Et cela n’aurait pas été possible sans la signature de l’accord de fermeture par plusieurs syndicats dont évidemment la CFDT.

Tout récemment, le 5 juin 2008, les salariés de la GMF, région PACAC, étaient en grève pour s’opposer à la mise en place du travail obligatoire le samedi. La Direction régionale qui les a reçus s’est abritée derrière un accord sur le temps de travail non signé par FO. Les salariés grévistes à l’appel de notre syndicat FO et de la CGT ont réclamé le retrait de la signature de cet accord.

Bien sûr nous sommes favorables à la négociation et un accord est un compromis qu’il faut signer s’il est favorable aux salariés. Nous avons, par exemple, signé l’accord sur les salaires à la GMF qui garanti une augmentation générale au moins égale à l’augmentation de l’indice des prix plus 0,2 %.

Mais fallait-il signer les accords triennaux, chez Generali ou AXA, qui instaurent l’individualisation des salaires et qui prévoient des augmentations générales (1,1 plafonnées chez AXA, 1,9 puis 1,7 plafonnées chez Generali) bien inférieures à l’évolution de l’indice des prix ?

Et, alors que la hausse des prix connaît une progression annuelle de 3,3 %, de 5.7% pour les produits alimentaires et de 15.4% pour l’énergie, pour obtenir des négociations sur les augmentations générales, ne faut-il pas le retrait des signatures des accords triennaux ?

Nous n’avons jamais posé de préalable à l’unité d’action dès lors que cette unité se fait sur des revendications précises conformes à l’intérêt des salariés. C’est ainsi que nous avons été dans l’unité d’action, jusqu’à la grève, à la MAAF, à Mondial Assistance, à Garantie assistance, à la GMF.

Mais la section fédérale des assurances, se reconnaît totalement dans la résolution de la commission exécutive confédérale (voir résolution Ce n'est pas inéluctable ! dans Allianz pdf)  qui refuse d’être complice d’une situation d’imbroglio, qui demande le retrait des signatures de la position commune, qui refuse de s’associer à la journée d’action du 17 juin et maintien la proposition d’un appel à la grève interprofessionnelle sur des revendications précises.

Jean-Simon Bitter

Retour à l'accueil Revenir à la page d’accueil

Publié dans Allianz, AXA, Garantie Assistance, GENERALI, GMF, JEC, MAAF, MACIF, MAIF, MMA, Mondial Assistance | 1 Commentaire »

Nous vivons dans un drôle de monde …

Posté par foassurances le 12 mars 2008

Retour à l'accueil  Laurence Parisot, Présidente du MEDEF, défend la démocratie et la transparence, elle dénonce des patrons qu’elle qualifie de «sacrés menteurs». J’ai un doute.

N’oublions pas que Laurence Parisot est parvenue à la tête du MEDEF avec l’appui tout particulier des multinationales de l’assurance. Lorsqu’elle était candidate à l’élection à la présidence du MEDEF, nous avions remarqué, à ses côtés, Henri De Castries, Président d’AXA.

«Ces messieurs de l’UIMM sont des sacrés menteurs» dit-elle. Je ne me prononcerai pas sur cette question que je ne connais pas bien. Mais nous connaissons bien les pratiques du patronat de l’assurance. Examinons-les.

Dans l’Argus des Assurances du 29 février 2008 un titre annonce «un accord salarial triennal plébiscité». En sous-titre on lit : «une enveloppe de 8,1 % pour tous» puis «la rémunération globale progresse de 20 %». J’ai un doute !

En réalité, les salariés auront cette année une augmentation de 1,9 % sur 32000 € maximum. Mais ils pourront, pour les cadres, progressivement opter pour une rémunération variable à condition de renoncer à toute augmentation générale et de céder gratuitement 7 jours de congés. Où est l’enveloppe de 8,1% pour tous ?

S’agissant de la progression de la rémunération globale de 20 %, le mystère est encore plus profond. En lisant attentivement l’article on comprend qu’il ne s’agit pas de la rémunération mais de l’enveloppe de l’épargne salariale que l’entreprise prévoit d’augmenter si «l’évolution des résultats est conforme à nos prévisions».

Au milieu de l’article on voit la photo de Germain Ferec, DRH du groupe Generali après avoir été celui d’AXA.

Et les menteurs ce seraient …..

«Ces messieurs de l’UIMM sont des sacrés menteurs» dit Laurence Parisot. Que pense-t-elle de Germain Ferec ?

Nous ne le saurons pas, mais elle en pense sans doute le plus grand bien. En effet Germain Ferec est partisan de l’individualisation des rémunérations et des contrats de travail. Il veut soumettre les salariés à des objectifs et transformer la nature du contrat de travail en imposant une obligation de résultat. Il veut obtenir des salariés qu’ils cèdent leurs jours de congés gratuitement, mieux que Nicolas Sarkozy ! N’est ce pas le programme du MEDEF ?

Selon l’Argus des Assurances, ou plutôt selon Germain Ferec, cet accord triennal aurait été plébiscité. Mystère … Selon nos militants sur le terrain, cet accord a, au contraire, révolté les salariés. Mais 4 syndicats l’ont signés contre 2 (FO et CGT). Voilà le plébiscite !

Où est la vérité ?

Cette vérité ce sont les salariés de la MAAF avec leurs syndicats unis qui l’ont clamé avec force hier. Une nouvelle fois ils étaient en grève pour leurs revendications salariales.

Dans le cadre de leur grille indiciaire, ils réclament, entre autres revendications salariales, une augmentation de la valeur du point de 2 % alors que la MAAF ne cède aujourd’hui que 1,7 %. Pour les démobiliser la Direction a annoncé une prime de 500 €. Ils protestent : « pourquoi lâcher 500 € et pas 0,3 % pour aller à 2 % ». Ils ont raison et ils ont été massivement en grève, encore une fois, le 11 mars.

Pour la deuxième fois en grève, mais aussi trois fois en Assemblée Générale, ils se sont rassemblés à plus de 500 à Niort. C’est sans précédent depuis des décennies.

C’est un mouvement de fond qui d’ailleurs n’est pas propre à la MAAF. En effet le 13 mars, ce sont les salariés des MMA qui seront à leur tour en grève pour l’augmentation générale des salaires. Ils réclament, dans l’unité, entre autres revendications, 4 % d’augmentations générales avec un minimum mensuel de 80 €.

Notre syndicat FO est dans l’unité pour l’augmentation générale des salaires. Nous recherchons l’unité mais, si nous n’y parvenons pas, nous n’hésitons pas à prendre nos responsabilités. Chez AXA, 3500 salariés ont signé une pétition proposée par notre syndicat FO pour l’augmentation générale des salaires et une prime de 1 500 €.

Dans tous les cas, notre syndicat FO est du côté des salariés, pour défendre les droits collectifs et particuliers des salariés, pour défendre le pouvoir d’achat par les augmentations générales de salaires pour tous les salariés sans aucune discrimination.

La section fédérale des assurances de la FEC-FO apporte son soutien total aux salariés et syndicats de la MAAF en grève, à ceux des MMA en grève. Elle apporte son soutien à toutes les actions menées pour obtenir les augmentations générales des salaires.

Nous sommes et serons toujours indépendants, exclusivement du côté des salariés. C’est certainement ce qui nous vaut les provocations de la part de la Direction de Generali.

La cible c’est le syndicalisme indépendant que représente FO.

A propos, est-ce vraiment les pratiques de l’UIMM qui dérangent Laurence Parisot ? N’est ce pas plutôt le fait que l’UIMM, en qualité de syndicat patronal, est régit par la loi de 1884 comme les syndicats de salariés, contrairement au MEDEF ? En effet pour détruire les syndicats indépendants il faut s’attaquer à la loi fondatrice de 1884.

Nous ne sommes pas dupes et nous ne renoncerons pas à notre rôle de syndicat indépendant et aiderons de toutes nos forces le mouvement en faveur des augmentations générales des salaires qui s’amplifie dans la profession.

Le 12 mars 2008

Jean-Simon Bitter

Retour à l'accueil Revenir à la page d’accueil

Publié dans AXA, GENERALI, JEC, MAAF, MMA | 1 Commentaire »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus