• Accueil
  • > Recherche : lettre travail

Résultats de votre recherche

FEC-FO Assurances : Sur les Conventions Collectives Nationales / Demande à la FFA

Posté par foassurances le 14 novembre 2018

FEC-FO Assurances & SYNPA FO demandent à la FFA de réunir les deux Conventions Collectives Nationales des producteurs en assurances non cadres en une seule.

FEC-FO Assurances : Sur les Conventions Collectives Nationales / Demande à la FFA dans Entreprises fo-assurances-demande-ffaRetour à l'accueil newgif001.gif  La Section Fédérale des Assurances de la FEC FO et le SYNPA FO ont demandé à la FFA l’ouverture d’une négociation de branche afin d’améliorer les garanties collectives de branche des producteurs en assurances, jusqu’ici couvertes par deux Conventions Collectives Nationales (IDCC n° 438 et 653).

L’organisation et la gestion du temps de travail, la structure de la rémunération, les conditions d’exercice de l’activité professionnelle, les évolutions réglementaires récentes (…), concernant cette profession justifient la nécessité d’une CCN spécifique.
De plus, les entreprises ont adopté des pratiques très différentes pour l’affectation des salariés comme EB ou EI, les catégories sont même quelques fois confondues.


Ainsi, il apparaît nécessaire, afin notamment d’améliorer les conditions de travail de ces milliers de salariés et de mieux reconnaître leurs spécificités, d’ouvrir une négociation qui aura pour objectif d’aboutir à la création d’une Convention Collective Nationale unique qui réunirait les CCN des EI et EB.
C’est l’objet du courrier envoyé à la FFA dont vous trouverez ci-contre la copie.

Notre demande a été entendue : une négociation va s’ouvrir dans les jours prochains.

 Lire l’article avec la copie de la lettre  fichier pdf JEC 115 – Demande à la FFA de FEC FO Assurances et du SYNPA FO 

JEC 115 - Demande à la FFA de FEC FO Assurances et du SYNPA FO

Georges DE OLIVEIRA
Secrétaire Section Fédérale des Assurances
FEC-FO –  Pour tout contact : 01 48 01 91 35

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Entreprises, JEC | 1 Commentaire »

RPP Assurance – Pour la santé des salariés, restons unis : sauvons le RPP !

Posté par foassurances le 20 décembre 2017

RPP Assurance – Pour la santé des salariés, restons unis : sauvons le Régime Professionnel de Prévoyance !

Retour à l'accueil  C’est assez exceptionnel pour que tous les salariés en soient informés, toutes les fédérations syndicales de l’assurance ont écrit à deux reprises à la FFA. 

Il faut dire que l’enjeu est immense puisqu’il s’agit de l’avenir du Régime Professionnel de Prévoyance de l’Assurance (RPP). 

Par lettre du 1er décembre 2017, toutes les fédérations FO, CGT, CFDT, CFE-CGC, CFTC et UNSA ont écrit à la FFA :

Nos fédérations demandent solennellement à la FFA, mandataire des entreprises adhérentes, de faire respecter les conventions collectives, y compris par Swiss Life, et de défendre le RPP comme elle y est engagée par sa signature des accords et avenants du règlement du régime.

Rappelons que le RPP couvre les garanties en prévoyance et en santé en complément de la sécurité sociale sur la base de cotisations très favorables auxsauvons rpp salariés puisque plus de 90 % de la cotisation est à la charge des employeurs. Les régimes des entreprises du secteur de l’assurance s’appuient sur le RPP.
Les prestations en cas de maladie et d’hospitalisation, le maintien du salaire en cas d’arrêt de travail, les prestations en optique et dentaires etc… seraient remises en cause en cas de disparition ou d’affaiblissement du RPP de même que le régime de cotisations favorable aux salariés.

Or aujourd’hui, Swiss Life vient de prendre la décision unilatérale de quitter le RPP en violation des Conventions Collectives de l’Assurance (Article 94 de la CCN de 1992 et conventions de 1962) pour devenir l’assureur direct de ses salariés.

Rappelons l’article 94 de la CCN :
Le personnel visé à l’article 2 bénéficie des régimes professionnels de retraite et de prévoyance institués sur le plan de la profession par la Convention de Retraite et de Prévoyance du Personnel des Sociétés d’Assurances en date du 5 mars 1962 et les règlements qui en constituent les annexes, compte tenu des modifications qui leur ont été ou qui leur seront apportées.
Les entreprises et organismes définis à l’article 1er sont tenus d’affilier le personnel à ces régimes dans les conditions fixées par la convention du 5 mars 1962 précitée.

Bien sûr, Swiss Life déclare vouloir «préserver les salariés en leur garantissant la continuité des prestations en matière de prévoyance et de santé … » . Mais pour combien de temps ? Et pour quel coût ? Nous savons bien qu’en sortant du dispositif professionnel, Swiss Life, abusant de sa position d’employeur / assureur, pourra imposer des prestations en baisse et des hausses de cotisation.

Swiss Life l’avoue en écrivant dans l’accord qu’elle a soumis aux syndicats que «l’employeur ne s’engage pas sur les prestations»

Aucun syndicat n’a accepté de signer cet accord !

Cette remise en cause du RPP est inacceptable !

C’est inacceptable pour tous les salariés de l’assurance, c’est inacceptable pour les salariés du BCAC / B2V et leur emploi.

Tous les fédérations syndicales FO, CGT, CFDT, CFE-CGC, CFTC et UNSA ont déjà écrit à la FFA, le 13 octobre 2017, pour affirmer que, selon les conventions collectives :

« toute décision concernant les prestations, les cotisations, la gestion et le gestionnaire ne peut être prise sans l’aval de la commission paritaire de branche ».

La FFA n’a pas répondu ni au courrier du 13 octobre, ni au courrier du 1er décembre 2017. 

Swiss Life transgresse avec la complicité de la FFA cette obligation fondamentale !

Generali et Allianz s’apprêtent à faire de même.

L’unité de toutes les fédérations pourrait faire échec à ces attaques contre le RPP notre régime professionnel sur la base des revendications suivantes :

- Pour le maintien du RPP,

- Pour le respect de l’article 94 de la CCN de 1992,

- Pour le maintien de toutes les entreprises d’assurances au sein de RPP,

- Pour le maintien des garanties concernant les prestations et les cotisations,

- Pour le maintien de tous les emplois au sein du gestionnaire BCAC/B2V.

Lire le tract en cliquant sur ce lien fichier pdf Tract SF Assurances 19 décembre 2017 RPP 

Tract SF Assurances 19 décembre 2017 RPP

fleche2.gif  Lire tous nos articles sur le RPP

Georges DE OLIVEIRA
Secrétaire Section Fédérale des Assurances
FEC-FO –  Pour tout contact : 01 48 01 91 35

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Communiqués SF, Entreprises, RPP Branche Assurance | 1 Commentaire »

COVEA – Tract commun FO et CGT : Tous en grève le 8 juin !

Posté par foassurances le 30 mai 2017

COVEA – Tract commun FO et CGT : Tous en grève le 8 juin !

Retour à l'accueil  newgif001.gif  La Direction de COVEA et notamment Thierry Derez ne nous laissent pas d’autres choix que de continuer la mobilisation par la grève pour porter nos revendications définies dans l’unité entre les syndicats CGT et FO.
Nous ne pouvons imaginer un PDG, mettant en exergue pour le Groupe le dialogue et la communication, ne pas tendre la main à plus d’un millier de salariés en grève, à moins de considérer qu’il les méprise ?!

Comment accepter une telle attitude ?

Le 9 mai et le 18 mai la grève a rassemblé des milliers de salariés, des bureaux fermés, d’autres en grève à plus de 80 % …

fichier pdf Appel CGT et FO COVEA à la grève du 9 mai 2017

fichier pdf Lettre ouverte des syndicats CGT et FO du 11 mai 2017 à Thierry Derez

Les conditions de travail dégradées par des restructurations permanentes et des effectifs insuffisants provoquent la colère des salariés. La dénonciation des accords collectifs qui va produire rapidement ses effets, la perspective d’un statut commun en baisse conduira à aggraver encore ces conditions de travail et à des baisses de rémunération.

Ce n’est pas admissible. Nous ne lâcherons pas et restons mobilisés pour :

  • Le rétablissement des accords dénoncés et donc l’annulation des dénonciations,
  • Un statut commun basé sur le principe de faveur : ce sont les dispositions les plus favorables aux salariés qui s’appliquent,
  • Une négociation sereine, menée sans pression ni urgence dans le respect des principes de sincérité et de loyauté.
  • Le paiement des heures de grève

 

Tous en grève le 8 juin 2017

Rassemblement à LEVALLOIS à 9 Heures

(148 RUE ANATOLE France – 92300   LEVALLOIS PERRET)

 

Le 8 juin, à l’issue du rassemblement les syndicats se réuniront pour décider, en fonction des réponses le Direction, la suite à proposer aux salariés. D’ores et déjà les syndicats CGT et FO ont décidé de se présenter le lendemain, 9 juin 2017, à Nantes pour demander à prendre la parole lors de l’assemblée générale  des sociétaires qui se tiendra avec Thierry Derez.

Signez massivement la pétition présentée par les syndicats CGT et FO 

Tract commun FO CGT COVEA Greve 8 juin

Lire la suite en cliquant sur l’image … ou sur ce lien fichier pdf Tract Commun FO & CGT COVEA Grève 8 juin 2017

Georges DE OLIVEIRA
Secrétaire Section Fédérale des Assurances
FEC-FO

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

 

Publié dans Entreprises, Fidelia, GMF, MAAF, MMA | 1 Commentaire »

Lettre OUVERTE à la FFA

Posté par foassurances le 23 février 2017

Lettre OUVERTE à la FFA

Retour à l'accueil   Décidément, il n’y a aucune trêve électorale, mais plutôt une crise sans précédent. Le gouvernement poursuit, avec les décrets d’application, la mise en œuvre de la loi Travail contre laquelle nous avons lutté pendant des mois.
Lettre OUVERTE à la FFA dans Entreprises logo-ffa-fec-fo-b

La direction du groupe COVEA a dénoncé des centaines d’accords qui codifiaient les droits des salariés de la GMF, de la MAAF, des MMA, de Télé assurances et de Fidélia assistance.
Les grandes opérations de fusions/acquisitions reprennent.
Les conventions collectives de la Branche Assurances sont menacées par un projet de regroupement dont UNSA et la CFDT sont demandeuses. Même notre régime professionnel de prévoyance serait remis en cause.

Lire la suite en cliquant sur ce lien fichier pdf JEC FO Assurances Février 2017

 

JEC FO Assurances Février 2017

Lire la suite en cliquant sur l’image … ou sur ce lien fichier pdf JEC FO Assurances Janvier 2017

Georges DE OLIVEIRA
Secrétaire Section Fédérale des Assurances
FEC-FO

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Entreprises, JEC | 1 Commentaire »

AIG : La FEC FO & la FSPBA CGT interpellent le gouvernement afin de s’opposer au PSE d’AIG

Posté par foassurances le 25 février 2015

Communiqué SF FO Assurances -  La FEC FO Assurances et la FSPBA CGT interpellent le gouvernement afin de s’opposer au PSE d’AIG

Retour à l'accueil   La fédération FO des employés et cadres (FEC) des assurances et la fédération CGT des syndicats de la banque et de l’assurance (FSPBA) interpellent le gouvernement et lui demande d’agir pour s’opposer au plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) annoncé chez AIG Limited Europe.

FO AIG RETRAIT DU PLAN DE LICENCIEMENT

La Section Fédérale des Assurances de la FEC-FO apporte son soutien total la section FO de AIG et aux salariés, à leur lutte pour s’opposer à un PSE qui n’a aucune justification et face à un employeur qui prétend interdire tout recours possible.

La Section Fédérale des Assurances se félicite de la lettre commune, des Fédérations FO et CGT de l’Assurance, aux ministres du travail, Rebsamen  et de l’économie, Macron afin qu’ils annulent l’homologation inacceptable du Plan de licenciements par la Direccte.

Nous publions ici ces courriers :
(Courriers adressés le 12 février 2015 à Emmanuel Macron, ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique, et à François Rebsamen, ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social).

COURRIERS FO & CGT au gouvernement pour le retrait du PSE AIG

 

ici CLIQUEZ ICI POUR LIRE TOUS LES ARTICLES SUR AIG

ici Cliquez ici pour télécharger les courriers FO & CGT au gouvernement 12 02 15 Courriers FO & CGT au gouvernement pour le retrait du PSE AIG

Section Fédérale des Assurances
FEC-FO

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans AIG, Communiqués SF, Entreprises | 1 Commentaire »

Generali : Lettre ouverte à l’Argus de l’Assurance

Posté par foassurances le 13 février 2014

GENERALI : LETTRE OUVERTE A l’ARGUS DE L’ASSURANCE

 

A Nicolas Thouet, journaliste à l’Argus de l’Assurance
.
Pièces jointes
 :
- les deux versions de votre article sur la grève de la production informatique,
- les tracts des syndicats CGT et FOBonjour Monsieur, 

J’estime nécessaire de réagir à l’article que vous avez publié sur votre site WEB le 4 février 2014 à 17 h 42 sur la grève de la production informatique chez Generali. Il existe deux versions de cet article dont une a été « mise à jour » le lendemain, 5 février, à 16 h 45.Dans les deux versions je suis cité. Vous m’avez cité partiellement ce qui est votre droit et je ne vous le reproche pas. Vous avez respecté une pratique conforme aux règles habituelles : me soumettre les propos qui me sont prêtés.J’ignorais le reste de l’article qui est de votre responsabilité. Je suis cependant intrigué par le changement de rédaction. Dans le texte d’origine vous avez écrit « Suite à la grève organisée ce 4 février par une partie des effectifs de la production informatique de l’assureur, une délégation de onze salariés a été reçue ce même jour par la direction, » ce qui correspondait au moins partiellement aux informations que je vous avais communiquées.   

Mais cette phrase a été transformée ainsi : « Faible mobilisation pour la grève organisée ce 4 février dans les locaux de la production informatique de l’assureur, à l’appel de la CGT et de FO. Selon nos informations, entre 10 et 20 personnes ont participé à ce mouvement. Pour autant, une délégation de salariés a été reçue ce même jour par la direction », ce qui est contraire à ce que je vous avais indiqué.

Vous prétendez que selon vos informations « entre 10 et 20 personnes ont participé ». C’est faux et on pourrait penser que je suis votre informateur ou un de vos informateurs. Vous auriez pu au moins préciser que cette évaluation est contestée par celui que vous citez.

Je ne sais pas d’où viennent vos informations inexactes mais je sais qui a intérêt à les répandre, la Direction de Generali évidemment.

Il y a d’ailleurs eu un évènement au début de la grève qui me laisse penser que vous avez pu subir une pression de cette Direction. Une partie des grévistes était rassemblée sur un plateau avec les délégués centraux de la CGT et de FO (moi-même) surtout dans le but de dialoguer avec les prestataires qui sont directement concernés par nos revendications. C’est alors que Michel Estimbre est arrivé accompagné du responsable de la DSI, du responsable de la Production, d’une responsable de la RH et d’un huissier pour nous sommer de quitter les lieux, nous menacer de saisir la justice et exercer une pression contre la grève. L’huissier et la RH prenaient de nombreuses photos.

Est-ce cela votre source ? Je l’ignore. Ce qui compte c’est que votre « mise à jour » sera utilisée par la Direction de Generali pour discréditer notre mouvement.

La délégation de la production composée de salariés syndiqués et non syndiqués et des syndicats CGT et FO est, comme je vous l’avais indiqué, très représentative de l’ensemble de la production. La Direction ne s’y est pas trompée puisqu’elle a elle-même proposé de la rencontrer régulièrement, une fois par mois, dans la même composition.

Cette délégation et les syndicats CGT et FO ont décidé de proposer à tous les salariés de Generali à Saint-Denis de les rencontrer parce que tous sont finalement concernés. La Direction a refusé à nos syndicats une salle, appelée auditorium, alors qu’elle était libre. Ce refus inhabituel démontre que la Direction cherche à casser notre mobilisation pour nous faire accepter son plan.

La Direction de Generali vous a dit que c’est un plan complexe. Peut-être mais est-ce une raison pour refuser aux CE et CCE des informations qui lui sont légalement dues. Comme je vous l’ai indiqué par téléphone nous réclamons la communication des projets des statuts et une description détaillées des actifs à transférer, une communication officielle de l’étude de risque qui a été réalisée par Generali France et qui démontre que le site français est le seul sécurisé et le moins coûteux.

Vous n’avez pas retenu, ce qui est votre droit, ces demandes que je vous avais indiquées et qui émanent de la délégation de la Production et des syndicats FO et CGT au même titre que celle concernant le périmètre de l’UES.

Cependant ces demandes non satisfaites, à ce jour, sont légalement dues aux institutions représentatives et très importantes pour l’avenir des salariés de la production informatique et finalement pour tous les salariés de Generali France.

Ces revendications sont liées à celles qui ont fait l’objet de la grève et notamment celle du maintien sans limitation de durée des contrats avec Generali Vie et sans aucune suppression de postes ni réduction d’effectif.

Je devrai rendre ce courrier public pour corriger les informations erronées de la « mise à jour » de votre article.

J’en profite pour vous communiquer, pour votre information, le tract des syndicats CGT et FO qui propose une rencontre entre les salariés de la production et les autres salariés de Generali France et réaffirme l’ensemble des revendications que, dans l’unité, nous soutenons et le tract de compte-rendu.

Je vous adresse mes meilleures salutations. 

Jean-Simon Bitter
Délégué central FO chez Generali

 

 

Pièce jointe N°1 :  Les deux versions de l’article sur la grève de la production informatique à Generali

1ère version
Grève chez Generali  les salariés reçus par la direction
.
Par NICOLAS THOUET – Publié le 04 février 2014, à 17h42
.
Suite à la 
grève organisée ce 4 février par une partie des effectifs de la production informatique de l’assureur, une délégation de onze salariés a été reçue ce même jour par la direction, représentée par Michel Estimbre, directeur des ressources humaines de Generali France«Parmi les revendications que nous avons formulées au cours de cet entretien, nous avons notamment demandé à ce que la future succursale française de GTech – qui soit dit en passant devrait être rebaptisée GIS – soit intégrée au sein de l’union économique et sociale (UES) de Generali France», explique Jean-Simon Bitter, délégué central FO chez Generali. Et d’ajouter : «On ne peut, en effet, pas concevoir que les contrats de travail et les actifs, qui seront normalement transférés dans cette nouvelle société de droit italien au 1er juillet, ne soient pas tous réunis dans une même structure juridique en France.»

VERS UNE NOUVEAU MOUVEMENT ? A défaut d’être entendue par la direction, la délégation n’excluait pas de reprendre la grève dans les prochaines semaines. Pour rappel, dans une interview exclusive accordée le 3 février à l’Argus de l’assurance, Michel Estimbre reconnaissait que cette réorganisation informatique était un «projet complexe», qui nécessitait des travaux «menés étape par étape».

2ème version
Grève chez Generali  les salariés reçus par la direction
.
Par NICOLAS THOUET - Mis à jour le 05 février 2014, à 16h 45 - Publié le 04 février 2014, à 17h42
.
Faible mobilisation pour la grève organisée ce 4 février dans les locaux de la production informatique de l’assureur, à l’appel de la CGT et de FO. Selon nos informations, entre 10 et 20 personnes ont participé à ce mouvement. Pour autant, une délégation de salariés a été reçue ce même jour par la direction, représentée par Michel Estimbre, directeur des ressources humaines de Generali France«Parmi les revendications que nous avons formulées au cours de cet entretien, nous avons notamment demandé à ce que la future succursale française de GTech – qui soit dit en passant devrait être rebaptisée GIS – soit intégrée au sein de l’union économique et sociale (UES) de Generali France», explique Jean-Simon Bitter, délégué central FO chez Generali. Et d’ajouter : «On ne peut, en effet, pas concevoir que les contrats de travail et les actifs, qui seront normalement transférés dans cette nouvelle société de droit italien au 1er juillet, ne soient pas tous réunis dans une même structure juridique en France.»

VERS UNE NOUVEAU MOUVEMENT ? A défaut d’être entendue par la direction, la délégation n’excluait pas de reprendre la grève dans les prochaines semaines. Pour rappel, dans une interview exclusive accordée le 3 février à l’Argus de l’assurance, Michel Estimbre reconnaissait que cette réorganisation informatique était un «projet complexe», qui nécessitait des travaux «menés étape par étape».

.

Pièces jointes N°2 :  Les tracts des syndicats FO & CGT de Generali

Tract FO & CGT Appel à l’assemblée des salariés du 11/02/14 :fichier pdf Appel CGT et FO AG du 11 février 2014

Tract FO & CGT Compte Rendu de l’assemblée du 11/02/14 :  fichier pdf Tract CGT et FO du 13 février 2014

Jean-Simon Bitter
Délégué central FO chez Generali
Secrétaire Fédéral de la FEC FO (Secteur Assurances)

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Entreprises, GENERALI | 1 Commentaire »

La Direction de Gras Savoye doit répondre favorablement aux revendications

Posté par foassurances le 17 janvier 2013

La Direction de Gras Savoye doit répondre favorablement aux revendications

Retour à l'accueil  Tous les syndicats représentés chez Gras Savoye, FO, CFE-CGC, CGT, CFDT et CFTC ont adressé une lettre ouverte au Directeur Général du courtier.

Ils protestent contre les départs massifs dus à l’aggravation des conditions de travail et aux pressions de l’employeur, contre des restructurations qui démantèlent l’entreprise et contre les externalisations.

Extrait :

Article FO Assurances extrait Gras Savoye

Les syndicats FO, CFE-CGC, CGT, CFDT et CFTC réclament notamment l’arrêt des licenciements, le remplacement des salariés quittant la société, le gel des réorganisations et l’arrêt des délocalisations ou externalisations.

La Section fédérale des Assurances de la FEC-FO, la délégation nationale FO du Courtage apportent leur soutien total aux salariés de Gras Savoye et à leurs syndicats unis sur des revendications précises.

La Section fédérale des Assurances de la FEC-FO et la délégation nationale FO du Courtage s’adressent solennellement à la Direction de Gras Savoye qui doit apporter une réponse favorable à ces revendications.


Jean-Simon Bitter
Secrétaire de la section fédérale

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Entreprises, Gras Savoye, JEC | 1 Commentaire »

Pour la défense de tous les emplois, Non au démantèlement de l’UES Generali France Assurances

Posté par foassurances le 12 novembre 2012

Pour la défense de tous les emplois, Non au démantèlement de l’UES Generali France Assurances 

Retour à l'accueil   FO Assurances réagit pour défendre l’intégrité de l’Unité Economique et Sociale Generali France Assurances.

Cette UES a été créée par accord du 29 juin 1999 obtenu après une lutte menée par notre syndicat FO contre les infractions au code du travail et des années de négociation.

Cet accord finalement signé à l’unanimité, a pour principe de regrouper dans deux UES l’ensemble des entités du groupe Generali en France ; l’une réunit les sociétés d’assistance ou connexes, l’autre réunit toutes les compagnies d’assurances et les entités communes au groupe.

L’accord du 29 juin 1999 a été rédigé pour que les structures de l’UES résistent aux restructurations juridiques en imposant une obligation de négociation en cas de sortie ou d’entrée de nouvelles sociétés.

Cette obligation de négociation est également prévue par la jurisprudence en conformité avec le code du travail qui dit qu’une UES est reconnue par convention ou par décision de justice.

Mais la Direction de Generali voudrait pouvoir définir elle-même, sans négociation, le périmètre de l’UES, et ceci la conduit à multiplier les infractions au code du travail.

L’enjeu est important. La mise en œuvre des directives européennes et notamment de Solvabilité II, provoque des restructurations importantes et transfère le management des multinationales au niveau mondial et européen. Cela pourrait conduire au démantèlement de la filiale française de Generali et à des conséquences graves pour l’emploi. Mais il ne peut pas y avoir de démantèlement sans remise en cause de l’UES et voilà pourquoi il est, en effet, tellement important de la défendre.

C’est un combat que notre syndicat FO mène et cela nous vaut, en retour des attaques de la part de la Direction de Generali, une discrimination à notre encontre et une entrave à l’exercice du droit syndical.

Notre syndicat FO est poussé par la Direction de Generali à saisir la justice. Constamment nous sommes renvoyés vers les tribunaux. Quand nous réclamons des négociations, plusieurs fois nous entendons le Président du CCE prononcer cette phrase : « vous n’avez qu’à saisir les tribunaux« .

Mais notre syndicat FO ne saisit pas la justice avant d’avoir tout tenté par la négociation. Et c’est face aux dernières manœuvres que nous avons été conduits à une initiative importante : la désignation d’un délégué syndical central FO signifiée aux 11 entités qui composent l’UES.

La lettre ci-dessous envoyée à Claude Tendil, a également été adressée aux représentants légaux des 11 entités juridiques, avec copie à l’inspection du travail :

Pour la défense de tous les emplois, Non au démantèlement de l’UES Generali France Assurances dans Entreprises lettre-fec-fo-assurances-tendil-1-300x210 lettre-fec-fo-assurances-tendil-2-300x211 dans GENERALI
Cliquez sur les images de la lettre pour lire le document

Jean-Simon Bitter
Secrétaire de la section fédérale

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Entreprises, GENERALI, JEC | 1 Commentaire »

JEC Mars : MAIF, non à la remise en cause du droit de grève et de pétition

Posté par foassurances le 10 mars 2012

MAIF, non à la remise en cause du droit de grève et de pétition

Retour à l'accueil  Vous trouverez ci-après le message de soutien de la Section Fédérale des Assurances de la FEC-FO à la Section FO de la MAIF et la lettre ouverte au Président de la MAIF :

Message de soutien :

Chers camarades,

La section fédérale des assurances de la FEC-FO s’associe pleinement à la lettre ouverte de la section FO de la MAIF. Elle est également en tous points d’accord avec la réaction de l’UD FO des Deux-Sèvres et est certaine de la solidarité de toutes les organisations FO, à tous les niveaux.

Vous le savez, la section fédérale appuie sans réserve votre action pour le retrait du projet SDO, le maintien de tous les emplois sur tous les sites et le remplacement de tous les postes « sinistres » vacants, action qui vous a conduit à appeler à une grève massivement suivie et à une pétition.

En dénonçant votre action dans un message adressé à tous les salariés, le Président de la MAIF porte atteinte au droit de grève et de pétition, il prétend contester le droit, pour un syndicat, de définir librement ses revendications et de les soutenir par l’action syndicale.

Notre organisation FO ne peut l’accepter. Mais également toute organisation syndicale attachée au droit de revendication et de grève devrait réagir.

Fraternellement

Jean-Simon Bitter
Secrétaire de la section fédérale  

Lettre ouverte au Président de la MAIF :

FO Section MAIF
Niort, le 22 février 2012

 Monsieur le Président,

Nous estimons devoir répondre par lettre ouverte à votre courriel du 21 février 2012 adressé à l’ensemble des salariés et militants et intitulé « Mise au point sur SDO »,  dans lequel vous vilipendez Force Ouvrière.

Nous sommes très surpris par le ton de cette prose qui n’est pas coutumier au militant que vous êtes et que nous connaissons.

La gravité de vos affirmations et de votre attaque à l’égard de notre Organisation Syndicale nous conduit à vous demander un droit de réponse par le même canal à l’ensemble des salariés et militants.

Comme tous, Force Ouvrière déplore l’augmentation du taux de départ (bien qu’encore inférieur à celui du marché) mais nous en connaissons tous les causes : la tarification, le manque d’innovation des contrats, les restrictions en matière de gestion sinistres… Les élus FO au  Comité d’Entreprise alertent la Directionà ce sujet depuis trop longtemps, en vain.

Vous accusez Force Ouvrière d’être à l’origine du départ de sociétaires. Nous vous mettons aujourd’hui au défi de nous en donner le nombre et les noms afin que nous les contactions pour connaître les réelles motivations de leur décision. Nous vous rappelons que les conditions générales de la MAIF ne permettent pas aux sociétaires de résilier leurs contrats en cours d’année sauf en cas de sinistre ou de disparition du risque. Nous vous informons aussi que notre pétition n’est en ligne que depuis le 7 février 2012.

Vous nous accusez de « nuire à l’outil de travail » en communiquant vers les sociétaires. Ces derniers ne devraient-ils donc avoir que votre analyse et votre vision de l’avenir de la Mutuelle ? Voici une bien étrange conception des libertés démocratiques !

Oui, nous combattons votre projet SDO par tous les moyens, car ce projet est dangereux pour tous les salariés, employés et cadres, mais aussi pour l’avenir de la Mutuelle.

Oui, nous combattons votre projet d’accord Classification/Rémunération, car lui aussi est dangereux pour les salariés et diminuera à terme leur progression salariale.

Nous vous rappelons au passage que nous ne sommes pas seuls et que plus de 1000 salariés du réseau ont fait grève le 8 décembre dernier à l’appel de Force Ouvrière, contre ces deux projets dont ils ont bien compris l’objectif.

Nous ne sommes évidemment pas co-gestionnaires dela Mutuelle, notre objectif est effectivement la défense des intérêts matériels et moraux des salariés, en toute indépendance et liberté.

Vous nous demandez d’entrer dans le rang des Organisations Syndicales dites responsables que vous qualifiez de partenaires. Nous ne sommes pas des partenaires, Monsieur Le Président, nous sommes des interlocuteurs sociaux. Nous sommes le contrepoids à votre pouvoir exorbitant d’employeur. Notre devoir est de combattre vos projets quand ils menacent les intérêts des salariés et non de les accompagner.

Informer les sociétaires et leur donner notre point de vue sur vos projets est pour nous un moyen d’avoir leur soutien et une forme d’action démocratique.

Nous comprenons fort bien que ceci vous dérange, mais sachez que rien n’entamera la détermination de Force Ouvrière qui reste cependant toujours prête à négocier sur les dossiers en cours dans l’intérêt des salariés et de la Mutuelle.

Enfin, nous vous faisons également part de l’indignation des représentants des salariés de la MAAF.Cesderniers ont en effet été choqués par vos propos les concernant. Non, Monsieur le Président, les salariés de la MAAF ne dénigrent pas la MAIF, ils ont autre chose à faire et répugnent à ce genre de pratiques commerciales. Ils n’ont d’ailleurs pas besoin de tels arguments pour vendre leurs contrats.

Nous adressons copie de ce courrier à Jean Claude MAILLY, Secrétaire Général de la Confédération Force Ouvrière que vous avez rencontré le 16 septembre 2011 et avec lequel vous avez  pu échanger sur les valeurs de l’économie sociale qui pour nous restent : les principes de la Mutualité.
Nous adressons également copie à Jean Simon BITTER, Secrétaire de la section fédérale des assurances FO, et à Jocelyne BAUSSANT, Secrétaire Générale de l’Union Départementale  FO des Deux-Sèvres.

Veuillez recevoir, Monsieur le Président, nos salutations militantes et mutualistes.

Pour Force Ouvrière,
Le Secrétaire,
Proust

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Entreprises, JEC, MAIF | 1 Commentaire »

Coup de théâtre dans l’assurance et grave menace contre les conventions collectives

Posté par foassurances le 20 juin 2011

Coup de théâtre dans l’assurance et grave menace contre les conventions collectives

Retour à l'accueil  Coup de théâtre dans l’assurance le 6 juin.
On apprend que la FFSA qui refusait tout projet de rapprochement entre banques et assurances se prononce pour un OPCA commun Banques / Assurances. Jusqu’à ce jour cette idée était rejetée avec force par la FFSA comme par l’AFB.
Que s’est-il passé ?  Quelle pression politique ? A quel niveau ? Un tel revirement, sans aucune justification, est évidement le résultat d’une pression de l’Etat au plus haut niveau.

Nous n’avons eu aucune explication sur la question par exemple de l’agrément qui exige un niveau de collecte que n’atteignent pas les OPCA des banques et des assurances réunis. Pas une explication !
D’ailleurs celui qui avait pour fonction de s’expliquer, le Président de la commission sociale de la FFSA, a annoncé le 7 juin sa démission.

Les OPCA sont des organismes chargés de la collecte des fonds destinés à la formation professionnelle. Dans le secteur de l’assurance OPCASSUR gère paritairement la collecte et la distribution des fonds et permet le financement de l’IFPASS et de l’ENASS, nos principaux organismes de formation professionnelle de l’assurance. OPCASSUR est donc appelé à disparaître.

Alors comment comprendre ?

Il faut revenir à 2008, l’année ou fut conclu la position commune CFDT/CGT/MEDEF/CGPME, l’année de la Loi du 20 août sur la représentativité. Nous avons souvent expliqué que cette Loi qui renvoie tout à l’entreprise mettait en danger les branches professionnelles, le niveau où sont définis les droits collectifs les plus importants pour les salariés.

Toujours en 2008, le Premier Ministre, François Fillion, confiait à Jean-Frédéric Poisson la rédaction d’un rapport sur la négociation collective et les branches professionnelles. Dans sa lettre de mission, le Premier Ministre fixait un objectif : réduire le nombre de branches de 680 aujourd’hui à moins d’une centaine !

Dans ce rapport, Jean-Frédéric Poisson pointait les regroupements des OPCA comme pouvant amorcer les regroupements de branche. 

Mais alors que deviendront les conventions collectives de branche ?

Nous sommes déjà avertis, tout regroupement aurait pour effet de diminuer encore les droits des salariés. C’est infiniment dangereux pour les salariés. 

C’est pourquoi FO revendique en permanence le respect des périmètres des conventions collectives de notre secteur.

Notre profession est composée de quatre branches professionnelles : celle de l’assurance, celle de l’assistance, celle du courtage et celle des agences générales.

Chaque branche est couverte par une ou plusieurs conventions collectives :

  • Branche de l’assurance :

Convention collective de travail des échelons intermédiaires des services extérieurs de production des sociétés d’assurances – 13 novembre 1967

Convention collective de travail des producteurs salariés de base des services extérieurs de production des sociétés d’assurances – 27 mars 1972

Convention collective nationale des sociétés d’assurances - 27 mai 1992

Convention collective nationale de l’inspection d’assurance – 27 juillet 1992

  • Branche de l’assistance :

Convention collective nationale des sociétés d’assistance – 13 avril 1994.

  • Branche du courtage :

Convention collective nationale des entreprises de courtage d’assurances et/ou de réassurances – 18 janvier 2002

  • Branche des agents généraux d’assurance :

Convention collective nationale du personnel des agences générales d’assurances –  2 juin 2003. 

Ces conventions recensent les droits les plus importants des salariés dans les domaines du contrat de travail, de la maladie, de la maternité, du licenciement, des congés …  Il faut les défendre de toutes nos forces.

C’est la position de la section fédérale des assurances et aussi, dans son secteur, celle de la section fédérale des banques.
C’est la positon de la FEC-FO.
C’est la seule position possible pour ceux qui n’ont pas d’autres intérêts à défendre que ceux des salariés.

Jean-Simon Bitter
Secrétaire fédéral
le 16/06/2011

Retour à l'accueil Aller à la page d’accueil

Publié dans Entreprises, JEC | 1 Commentaire »

123
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus